•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

En 1961 naissait le Nouveau Parti démocratique du Canada

Tommy Douglas, premier ministre de la Saskatchewan de 1944 à 1961, a été élu comme premier chef du Nouveau Parti démocratique le 3 août 1961 au congrès de fondation de la formation politique.

Le Nouveau Parti démocratique a été fondé en 1961.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 60 ans, du 1er au 3 août 1961, se tenait le congrès de fondation du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada.

Un parti porté par les revendications sociales

Le Nouveau Parti démocratique du Canada est né en 1961.

Ses racines plongent cependant plus profondément encore dans l’histoire du Canada.

Le congrès à la direction du NPD, 25 janvier 2003 (extrait)

C’est ce que nous raconte cet extrait d’un long reportage du journaliste Daniel Lessard diffusé lors de l’émission La course à la direction du NPD, présentée le 25 janvier 2003.

Le parti s’apprête alors à élire un nouveau chef pour remplacer sa cinquième chef, Alexa McDonough.

Daniel Lessard nous emmène dans le Canada des années 1930. Le pays est la proie à la Grande Dépression économique, qui a éclaté en 1929.

Dans les provinces de l’ouest du pays, la situation est catastrophique.

À la crise économique s’ajoute une sécheresse qui ruine les fermiers.

C’est dans ce contexte de grande pauvreté, de souffrances et de colère sociale que naît en 1932, en Alberta, l’ancêtre du Nouveau Parti démocratique.

Le Co-operative Commonwealth Federation (CCF) est fondé par une coalition vouée à l’adoption de réformes menant à l’égalité sociale.

Cette coalition comprend autant des chrétiens partisans de réformes sociales que des socialistes et des communistes, en passant par des syndicalistes et des partisans de l’économie sociale.

En 1944, le CCF prend le pouvoir en Saskatchewan. Un prédicateur du culte baptiste, Tommy Douglas, devient alors premier ministre de cette province.

Tommy Douglas fait adopter une série de réformes, dont la plus importante est l’assurance maladie universelle, qui inspirera le gouvernement fédéral canadien au milieu des années 1960.

Si le CCF connaît de vifs succès en Saskatchewan, ce n’est pas vraiment le cas sur la scène politique fédérale.

La formation éprouve des difficultés, notamment au Québec.

Ses positions en faveur d'un gouvernement fédéral fort heurtent les sensibilités des Québécois nationalistes et lui attirent peu d’électeurs dans la Belle Province.

Au Québec, il existera même un Parti social démocratique (PSD) distinct du CCF, quoiqu'associé à ce dernier, que dirigera entre autres Thérèse Casgrain.

Lors des élections fédérales de 1958, le CCF n’obtient que 9,5 % des suffrages et huit députés à la Chambre des communes. Aucun ne vient du Québec.

On supplie alors Tommy Douglas de quitter la Saskatchewan pour prendre les rênes du nouveau parti fédéral.

Brillant orateur, très respecté dans l’ensemble du Canada, Tommy Douglas est élu chef du Nouveau Parti démocratique lors de son congrès de fondation du 1er au 3 août 1961.

Aux élections fédérales de 1962 et de 1965, le NPD recueille 13,5 % et 17,9 % des suffrages, mais seulement 19 puis 21 députés sur 265 sièges.

En 1968, le Parti libéral du Canada dirigé par Pierre Elliott Trudeau réussit à obtenir un mandat majoritaire aux élections fédérales.

En 1971, Tommy Douglas se retire de la vie politique.

Au fil des années, le parti connaîtra des revers de fortune, mais parviendra aussi aux portes du pouvoir en devenant l'opposition officielle après les élections fédérales de 2011.

Cela confirme le NPD comme acteur important du système politique fédéral canadien depuis plus de 60 ans.

Chefs du NPD de 1961 à aujourd'hui

  • Tommy Douglas (1961-1971)
  • David Lewis (1971-1975)
  • Ed Broadbent (1975-1989)
  • Audrey McLaughlin (1989-1995)
  • Alexa McDonough (1995-2003)
  • Jack Layton (2003-2011)
  • Thomas Mulcair (2012-2017) *
  • Jagmeet Singh (2017-)

* Nycole Turmel a agi comme chef intérimaire entre la démission de Jack Layton et l'élection de Thomas Mulcair.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.