•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cadavre confondu avec un mannequin et mis aux ordures à Sherbrooke

Le poste de police du SPS.

Le corps brûlé de la femme a été déposé dans un conteneur à ordures du poste de police du SPS.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

Mise en garde : Ce texte contient des passages qui pourraient choquer certaines personnes.

Le corps brûlé d’une femme a été sorti d’un conteneur à déchets du Service de police de Sherbrooke (SPS), où des intervenants d'urgence l’auraient placé vendredi dernier, croyant qu’il s’agissait d’un mannequin.

Les premiers répondants ont été appelés vers 10 h 04 le 23 juillet en raison d’un incendie à l’intersection des rues Roy et Cabana. Trois employés de l'usine AMF ont aperçu de la fumée provenant d'un boisé situé devant l'usine et ont alerté les pompiers.

Le Service incendie a reçu un appel pour un feu de broussailles, derrière une usine sur la rue Cabana, confirme le directeur du SPS, Danny McConnell. À leur arrivée, des témoins déclarent que quelqu'un est venu brûler un mannequin en silicone.

Les policiers arrivent quelques minutes plus tard pour apporter un soutien aux pompiers.

Ces derniers ont rencontré les témoins, et mentionnent qu'un résidu issu d'un incendie, et qui s'apparente à un mannequin, est incendié en bordure du bois.

Une citation de :Danny McConnell, directeur du SPS
Le corps de la femme a été retrouvé aux abords de ce boisé, sous les feuilles d'arbres brûlées.

Le corps de la femme a été retrouvé aux abords de ce boisé, sous les feuilles d'arbres brûlées.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Après discussion entre les deux services, il est convenu que le mannequin sera déposé dans le conteneur du SPS, qui n'est pas accessible au public, ce qui est fait par les pompiers.

Vers 14 h 15, une enquête concernant une disparition est enclenchée par le SPS à la suite d'un signalement pour la disparition de sa conjointe, affirme Danny McConnell. Selon les informations de Radio-Canada, l'homme a mentionné aux autorités que cette femme vivait de la détresse.

Grâce au signal de téléphone cellulaire de la disparue, le SPS retrouve son véhicule tout près de l’endroit où le « mannequin » a été incendié.

Un policier, étant intervenu plus tôt, soulève la coïncidence. Les policiers tentent de faire des liens entre les deux événements. Toutes les options sont envisagées.

Vers 18 h 30, les policiers décident de récupérer le mannequin pour voir s'ils ne pourraient pas y trouver des éléments permettant de faire avancer l'enquête.

Après vérifications, les policiers constatent qu'il s'agit du corps de la disparue.

Une citation de :Danny McConnell, directeur du SPS

Le coroner, le DPCP et le Bureau d'enquête indépendante ont tous été interpellés à la suite de cette découverte.

Le coroner confirme qu’une enquête est en cours relativement à l’incident, en collaboration avec le SPS. En raison de cette enquête, le coroner et le SPS rappellent qu’ils ne peuvent pas donner davantage d’informations à ce stade-ci sur les circonstances entourant la mort de la femme.

Nous sommes évidemment désolés de cette situation, précise toutefois le directeur du SPS. Soyez assurés que la famille est avisée de tous les éléments clés de cette enquête. Nous sommes de tout coeur avec sa famille, son conjoint et les enfants.

Des fleurs déposées sur le sol.

Des fleurs ont été déposées à l'endroit où la femme a été trouvée.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Un événement qui a fortement ébranlé les intervenants

Le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS), Stéphane Simoneau, avoue que cette affaire a fortement ébranlé les pompiers, et que la situation est prise très au sérieux.

Je suis pas mal abasourdi par la nouvelle. Et je peux vous dire que toute mon équipe [...] y compris les intervenants de cette intervention sont sous le choc. Nous attendons des détails sur la trame des événements, souligne-t-il.

J'ai une préoccupation pour l'ensemble de mon service, des intervenants, au niveau psychologique, ajoute-t-il. On doit gérer cette situation-là afin de stabiliser nos équipes de façon psychologique, et c'est ce que nous sommes en train de faire depuis le début de l'événement.

Le directeur du SPCIS refuse de commenter davantage, en raison de l'enquête, mais confirme qu'il veut comprendre ce qui s'est passé.

Nous prenons la situation très au sérieux. Je m'engage personnellement à faire toute la lumière sur cette intervention qui est pour le moins inusitée, peut-être choquante.

Une citation de :Stéphane Simoneau, directeur du SPCIS
Le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS), Stéphane Simoneau en conférence de presse.

Le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS), Stéphane Simoneau, admet que cette affaire a fortement ébranlé les pompiers.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

De son côté, la Ville de Sherbrooke dit analyser présentement les mesures qui doivent être prises envers les intervenants concernés. Aucune déclaration ne sera faite avant la fin de cette enquête, souligne Marie-France Delage, directrice générale adjointe à la Ville de Sherbrooke.

Un accompagnement et un soutien seront apportés auprès de l'équipe d'intervention qui a agi lors de l'événement, a-t-elle toutefois mentionné.

Quant aux employés de l'usine AMF, une aide psychologique leur a été apportée.

Lorsque Radio-Canada Estrie l'a interrogé vendredi soir dernier au sujet d’un important déploiement policier à l’angle des rues Roy et Cabana, le SPS n'avait pas de porte-parole en place pour exposer la situation. Le lieutenant en poste a simplement déclaré qu’il s’agissait d’un cas de disparition et refusait de commenter davantage.

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

Ligne québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553).

Ce service est disponible partout au Québec, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Des outils sont aussi proposés aux Québécois sur le site commentparlerdusuicide.com (Nouvelle fenêtre)

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.