•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enclenché depuis 2019, le processus d'expropriation de la maison René-Lévesque se poursuit

La maison d'enfance de René Lévesque.

La maison d'enfance de René Lévesque

Photo : Radio-Canada

Depuis que le gouvernement du Québec a adopté un décret autorisant la ministre de la Culture et des Communications à acquérir la maison d'enfance de René Lévesque, en 2019, ainsi que le terrain sur lequel elle est située, le dossier d’expropriation stagne, selon Patrimoine Gaspésie.

De l'avis de Jean-Marie Fallu, historien et président de Patrimoine Gaspésie, le temps presse parce que l’état de la maison se détériore toujours davantage.

Le problème dure depuis des années. Propriétaire de la maison où a grandi l’ancien premier ministre du Québec, Denis Cloutier a toujours refusé de s’en départir et conteste l’expropriation.

Classée patrimoniale, la maison est laissée à l'abandon. Le dossier d’expropriation est la responsabilité du ministère des Transports (MTQ).

Jean-Marie Fallu, historien et président de Patrimoine Gaspésie.

Jean-Marie Fallu, historien et président de Patrimoine Gaspésie

Photo : Radio-Canada

Le Ministère dit qu’il ne peut pas intervenir tant que le processus de contestation n’est pas terminé, mais moi je pense qu'il pourrait intervenir parce qu’il y a motif d’urgence, estime Jean-Marie Fallu. Un processus de contestation, c’est très long, donc la maison se détériore encore plus. L’état de la maison devrait primer.

M. Fallu admet toutefois que la pandémie a pu retarder le cheminement des démarches.

On voit deux panneaux historiques affichant des images d'archives de René-Lévesque dans une salle intérieure.

L'Espace René-Lévesque est une réalisation de la Fondation de la maison René-Lévesque.

Photo : Radio-Canada

Emilie Mercier, de l’équipe des relations médias du ministère de la Culture et des Communications, indique par communiqué que le MTQ et le procureur général du Québec communiquent avec l’avocat du propriétaire.

Le processus suit son cours et nous en assurons le suivi, écrit-elle. Le Ministère souhaite devenir propriétaire de la maison René-Lévesque le plus rapidement possible afin d’en assurer la protection, la transmission et la mise en valeur.

Mme Mercier mentionne également que le Ministère a travaillé, depuis plusieurs années, à sensibiliser le propriétaire à ses devoirs et obligations découlant du statut de sa propriété en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Différents scénarios sont envisagés avec des partenaires potentiels pour mettre en place un projet qui assurera la pérennité de la maison.

Une analyse permettra de répertorier les travaux à entreprendre et d’établir un échéancier.

Elle rappelle également que la maison a été reconnue comme monument historique en 1995 pour ses valeurs historiques et architecturales et qu’elle est un immeuble patrimonial depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

On voit un bâtiment de l'extérieur. Plusieurs panneaux avec des images sont positionnés dans un jardin de sorte à former un trajet, au cours duquel on découvre la vie de René-Lévesque.

Réalisé par la Fondation de la maison René-Lévesque, cet espace de mémoire est situé à New Carlisle.

Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, l’ancien mandataire du projet, la Fondation René-Lévesque, a tenté pendant des années de trouver une façon de mettre le bâtiment en valeur. Devant l'absence de coopération du propriétaire, l'organisme a mis sur pied un centre d'interprétation, l'Espace René-Lévesque, pour retracer l'histoire du personnage le plus célèbre de la petite ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !