•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moncton approuve la construction d'immeubles près du parc du Centenaire

Schéma des immeubles.

Le projet comprend la construction de neuf immeubles d'appartements et de deux bâtiments commerciaux le long du parc du Centenaire.

Photo : Gracieuseté de Spitfire Designs

Radio-Canada

Le comité consultatif d'urbanisme de Moncton a approuvé mercredi les plans d'un projet de construction de neuf immeubles d'habitation et de deux bâtiments commerciaux le long du parc du Centenaire. Des habitants s’inquiètent toutefois du prix de ces logements ainsi que de leur emplacement.

Les plans prévoient les constructions suivantes :

  • Neuf immeubles de six étages comptant au total 947 appartements;

  • Deux immeubles commerciaux répartis sur environ 11 hectares, le long du boulevard Millennium;

  • 500 places de stationnement intérieur et 1209 places de stationnement extérieur.

Il s'agit du plus récent projet d'une série d'immeubles résidentiels (de moyenne et de grande hauteur) proposés et approuvés dans la ville de Moncton, où la demande pour le logement augmente.

Les plans sont proposés par C. G. Group au nom du propriétaire des terrains, l'entreprise Mapoma.

Photographie aérienne du secteur. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancienne propriété ferroviaire a été assainie il y a des années.

Photo :  (Google Maps)

Josh Adams, un urbaniste municipal, a déclaré lors d’une téléconférence que le zonage de la propriété située entre le parc du Centenaire et le boulevard Millennium avait changé depuis 2003 pour pouvoir en faire un lieu d'aménagement résidentiel à forte densité.

C'est vraiment un site qui est prêt pour la construction. La seule chose qu'il manquait, c’était le marché.

Une citation de :Josh Adams, urbaniste de la Ville de Moncton

Plusieurs dérogations autorisées

Le comité consultatif d’urbanisme a voté à 2 contre 1 pour autoriser sept dérogations au règlement, décrites comme étant mineures.

Les dérogations concernent les exigences suivantes :

  • Le recul des bâtiments par rapport au boulevard Millennium;

  • L'autorisation d'un stationnement entre deux des bâtiments et la route;

  • L'augmentation de la surface commerciale autorisée au rez-de-chaussée, de 1292 pieds carrés à plus de 107 000 pieds carrés;

  • L'autorisation de deux bâtiments d'une hauteur supérieure à 62 pieds.

Des fonctionnaires municipaux recommandaient d'approuver les dérogations.

Des habitants s’inquiètent

Plusieurs habitants du quartier ont exprimé leurs inquiétudes quant au stationnement, à la circulation automobile, à la question de savoir si des appartements seraient considérés comme étant abordables, à l'accès aux parcs et à l'écoulement des eaux.

Ted Fitzpatrick, qui habite dans le quartier, a déclaré que seuls quelques voisins avaient reçu un avis sur les plans.

J'ai parlé à beaucoup de personnes à ce sujet. Cela ressemble plus à une situation de type "slam dunk'' qu'à une communauté capable de se défendre correctement.

Une citation de :Ted Fitzpatrick, résident du quartier

Il a ajouté que les résidents avaient discuté de l'embauche d'un avocat, car il s'agissait d'une question complexe. Ce citoyen a exhorté le comité à retarder sa décision afin que plus de voisins puissent s'exprimer.

Les fonctionnaires municipaux soutiennent avoir respecté les exigences provinciales. Ils soulignent également avoir informé les propriétaires situés dans un rayon de 60 mètres, et ce, deux semaines avant la réunion. L'information était également affichée sur le site Web de la ville.

Un plan d'aménagement de la propriétaire sur 11 hectares.

La propriété d'environ 11 hectares se trouve juste au nord du parc du Centenaire, ce qui a suscité l'inquiétude de résidents qui se sont exprimés lors de la réunion du comité.

Photo : Gracieuseté de Spitfire Designs

Le citoyen Reed Kennedy a également demandé au comité de retarder l'approbation afin que les habitants du quartier puissent poser plus de questions.

La construction doit se faire, je pense que nous comprenons tous cela. Nous devons avoir des logements et notre population continue de croître, a-t-il affirmé.

La ville doit avoir une certaine densité pour générer des recettes fiscales. Mais je pense qu'aux portes de notre merveilleux parc, nous allons peut-être un peu trop vite.

Une citation de :Reed Kennedy, résident du quartier

Les fonctionnaires municipaux ont souligné à plusieurs reprises que le zonage permettait la densité proposée. Le promoteur s'efforcera de conserver les arbres et les espaces verts existants sur la propriété dans la mesure du possible, ont-ils ajouté.

Les loyers prévus

Frances LeBlanc et Maxime Gauvin, membres du comité, ont posé des questions sur les préoccupations du public concernant les logements abordables. Ils ont également interrogé le promoteur sur les loyers et la taille des unités.

Philip Couture, qui représentait le promoteur à la réunion, a déclaré que le loyer devrait se situer entre 1000 $ et 2000 $ par mois, tandis que la taille des appartements varierait de 600 à 1200 pieds carrés (55,7 à 111,4 mètres carrés).

Il a fait remarquer que la construction devrait se faire par étapes sur une période d'environ huit ans. Les loyers sont donc susceptibles de changer au fil du temps.

La construction débutera par un bâtiment du côté ouest de la propriété, le plus proche de la promenade Killam, et elle se poursuivra vers l'est.

Plan d'aménagement des deux bâtiments commerciaux avec des stationnements extérieurs.

Le projet comprend deux bâtiments commerciaux pour des bureaux et des espaces de commerces aux détail, ainsi qu'un restaurant indépendant.

Photo : Gracieuseté de Spitfire Designs

Le promoteur doit verser 19 600 $ à Moncton pour chacun des cinq premiers bâtiments, et ce, avant que les permis ne soient accordés. Ce versement permettra de couvrir le coût des changements prévus à l'intersection du boulevard Millennium, de la rue Grand Truck et de la promenade Russ Howard pour tenir compte de la circulation.

Les plans n'ont pas besoin d'être soumis au conseil municipal pour d'autres approbations, mais les permis de construire sont toujours nécessaires, a expliqué l'urbaniste Josh Adams.

D'après un reportage de Shane Magee de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !