•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois fois plus de cas actifs dans la région en moins d’une semaine

Une dame qui entre dans l'aréna avec la pancarte qui énonce les règles.

Clinique de dépistage de la COVID-19 à Trois-Rivières (Archives)

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Le nombre de cas actifs de COVID-19 a triplé en moins d’une semaine en Mauricie et au Centre-du-Québec. Il y a 58 cas actifs sur le territoire, alors que les autorités régionales de la santé en rapportaient 19 vendredi dernier.

Près de 90 % des cas actifs (51) se trouvent en Mauricie, sept autres sont au Centre-du-Québec.

Le nombre de cas actifs pour 100 000 habitants est de 23,2 au Centre-de-la-Mauricie et de 20,8 à Trois-Rivières, selon l’Institut national de santé publique (INSPQ). 

Ce sont des taux plus élevés que la moyenne pour l’île de Montréal (19,5 pour 100 000 habitants).

Forte hausse des nouveaux cas, la majorité à Trois-Rivières

Quinze nouveaux cas de COVID-19 ont été rapportés mercredi par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Il s'agit de la plus forte hausse de nouveaux cas quotidiens depuis le début de l'été.

Les douze cas recensés à Trois-Rivières ne sont pas associés à une seule éclosion, ce qui est plus dérangeant, affirme la Dre Sylvie Lacoursière, médecin-conseil à la direction régionale de la santé publique.

Dans ce genre de situation, il est plus difficile de détecter la source de la contamination et donc de contrôler la propagation du virus. Ce qui me préoccupe, c’est que nos jeunes ont beaucoup de contacts, a-t-elle déclaré en entrevue à Toujours le matin.

Ce qu’on voit, nous, dans les dossiers, c’est que ce sont très, très majoritairement des 18-39 ans qui ne sont soit pas du tout vaccinés soit pas complètement vaccinés.

Une citation de :Dre Sylvie Lacoursière, médecin-conseil à la direction régionale de la santé publique

La Dre Lacoursière incite la population à aller se faire vacciner, surtout avec la présence du variant Delta sur le territoire. Le variant Delta est extrêmement contagieux, donc si ça rentre dans cette catégorie d’âge-là [18-39 ans], on risque de voir de nombreux cas, dit-elle.

Une seule dose du vaccin n’est pas suffisante pour combattre le variant Delta, selon la médecin, qui ajoute que la protection est près de trois fois meilleure avec les deux doses.

Les gens doublement vaccinés et qui contractent le variant Delta n’auront pas de symptôme ou peu de symptômes, un peu comme l'équivalent d’un rhume, a-t-elle expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !