•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat des chefs en Nouvelle-Écosse : la santé à l'avant-plan

Montage photographique des trois personnalités.

De gauche à droite : le chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse Iain Rankin, le chef du NPD de la Nouvelle-Écosse Gary Burrill et le chef du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse Tim Houston

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Les chefs des partis libéral, néo-démocrate et progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse se sont affrontés lors d'un débat de 90 minutes pour discuter de questions importantes pour les Néo-Écossais mercredi soir.

Le débat comprend cinq volets : les soins de santé, l'économie, la diversité et l'inclusion, l'environnement et des questions soumises en ligne par le public.

Tom Murphy et Amy Smith ont animé le débat diffusé dans le cadre de l’émission Nova Scotia News at 6 de CBC.

Pénurie de main-d’oeuvre en santé

Le chef libéral Iain Rankin a déclaré que la Nouvelle-Écosse n'était pas la seule province à connaître des pénuries de personnel. Selon lui, elle met l'accent sur la formation d'un plus grand nombre d'infirmières et le recrutement de travailleurs de la santé de l’extérieur de la province.

Tout le monde veut être en Nouvelle-Écosse, y compris les travailleurs de la santé, a-t-il soutenu.

Le chef du NPD Gary Burril a rappelé que le système des soins de santé connaissait des pénuries de main-d'œuvre. Il a souligné que de nombreux travailleurs du milieu de la santé souffraient d’épuisement professionnel et de maladies chroniques.

Selon lui, les investissements pour les établissements de soins de longue durée sont insuffisants.

Du côté du Parti progressiste-conservateur, le chef Tim Houston a déclaré que les soins de santé sont en crise en Nouvelle-Écosse et que les infirmières ont porté le poids de cette pandémie.

Il souhaite investir 400 millions de dollars dans les services de santé lors de sa première année de mandat si son parti remporte les élections. Ça va coûter de l’argent, de réparer le système de santé, et ça ne se fera pas en une journée, a-t-il avancé.

Discussion tendue sur les hôpitaux

Une discussion concernant la fermeture de certains hôpitaux ruraux a donné lieu à des échanges tendus entre le chef libéral et le chef progressiste-conservateur.

Selon Iain Rankin, les hôpitaux ne seront pas fermés dans les régions rurales sans le consentement des communautés concernées. Il a affirmé que la pandémie avait ralenti le recrutement, mais que 80 médecins attendaient de venir dans la province et devraient arriver d'ici l'automne.

Tim Houston a quant à lui déclaré que son parti souhaitait travailler avec les communautés.

Regardez dans le miroir, parce que vous devez prendre de meilleures décisions sur la façon dont vous traitez les Néo-Écossais, a-t-il lancé au chef libéral.

Selon le chef du NPD, si les gens des communautés rurales sont en mesure d'obtenir des soins médicaux dans leur propre région, les résultats sont meilleurs.

L'avenir des soins de longue durée

Le néo-démocrate Gary Burrill a déclaré que les libéraux n'ont ajouté que 57 lits de soins de longue durée au cours de leur mandat. Il a ajouté que le nombre de membres du personnel par rapport au nombre de patients est resté le même qu'il y a huit ans, alors que les libéraux vantent leur engagement envers les soins de longue durée.

Tim Houston a par ailleurs exposé son plan intitulé Dignité pour les aînés. Ce plan prévoit l'ajout de 2500 lits et l'embauche de 2000 employés supplémentaires dans le secteur des soins de longue durée.

Il a rappelé qu'Iain Rankin avait déjà parlé de surinvestir dans les aînés. Les libéraux avaient d’ailleurs refusé les demandes d'augmentation de budget au foyer de soins Northwood.

Le modérateur Tom Murphy a demandé au chef libéral ce que devrait être une attente acceptable pour avoir accès à un lit de soins de longue durée. Iain Rankin a répondu qu'elle devrait être de deux mois, mais qu'elle est actuellement de six mois.

Le chef libéral a ajouté que la pandémie avait prouvé que son gouvernement était prêt à investir là où c'était nécessaire. Cependant, il estime qu’ajouter trop de lits dans les soins de longue durée comporte le risque de se retrouver avec des lits vides.

Pour des logements abordables

En ce qui concerne les logements abordables, Gary Burrill a été le seul à proposer la mise en place de mesures d’encadrement des loyers pour protéger les locataires d’une hausse subite.

Iain Rankin a déclaré que son gouvernement a fait des évaluations fondées sur des preuves. Il a imposé le contrôle des loyers pendant l'état d'urgence en tant que mesure temporaire.

De son côté, Tim Houston a déclaré que la solution au problème était de construire plus de logements abordables et d’encourager le secteur de la construction à faire de même. Le plafonnement des loyers, ça ne marchera pas. La solution, c’est d’avoir plus de logements, a-t-il rétorqué.

Il a ajouté qu'il faudrait pour cela inciter plus de gens de métier à s'installer en Nouvelle-Écosse, puis fournir une formation aux Néo-Écossais.

Iain Rankin a exprimé le même avis que Tim Houston sur le manque de logements abordables. Il a soutenu qu'il était important d’en créer plus.

Salaire minimum

Iain Rankin a affirmé que le salaire minimum serait un jour à 15 $/h, mais qu’il était primordial de se concentrer sur les secteurs clefs de la province afin de stimuler l'économie. Selon lui, les petites entreprises ne peuvent se permettre un tel changement du jour au lendemain.

Il estime pouvoir sortir la province du déficit engendré par la pandémie en quatre ans.

Nous devons augmenter leur salaire dans cette province, a déclaré Tim Houston. S’il remporte les élections, les dirigeants d’entreprises auront le choix de payer la totalité de leurs impôts aux gouvernements ou d’en utiliser une partie pour la verser à leurs employés. Le programme nommé Better Paycheck Guaranteed, sera offert également aux travailleurs qui ont un salaire plus élevé que le salaire minimum.

Gary Burrill a qualifié ce programme de profondément inconsidérable, ajoutant que les entreprises privées devraient payer les impôts tout en payant bien leurs employés.

Selon lui, l’augmentation du salaire minimum à 15 $ l’heure est une nécessité dans la province. Il estime que cela permettra aux citoyens d’avoir un plus grand pouvoir d’achat.

Robyn Ingraham

Au sujet de la diversité et de l'inclusion, Tim Houston a lancé à Iain Rankin la question de l'ancienne candidate libérale de Dartmouth South, Robyn Ingraham.

Tim Houston a déclaré qu'elle a été écartée pour avoir publié des photos alors qu'un candidat masculin avec des condamnations criminelles a été autorisé.

Iain Rankin a répliqué qu'il faisait confiance à son personnel et qu'il avait tenté de communiquer avec Mme Ingraham à trois reprises.

Garry Burrill a quant à lui soutenu que l'affaire soulevait des préoccupations plus larges concernant la politique et le genre.

Pêche de subsistance modérée

Au sujet de la violence à laquelle les pêcheurs autochtones ont fait face en 2020, Tim Houston a déclaré qu'il était nécessaire d'exercer une pression sur le gouvernement fédéral pour définir la subsistance modérée. Il a affirmé qu'Iain Rankin n'exerce aucune pression sur le fédéral pour qu'il lui fournisse une réponse définitive.

Iain Rankin a répliqué qu'il s'agissait d'une question de compétence fédérale et que la Nouvelle-Écosse n'avait aucun pouvoir en la matière.

Selon Gary Burrill, il est illogique d'avoir un permis de pêche modérée si la province ne met pas en place les mesures nécessaires pour que cela se produise.

L'énergie renouvelable

Les trois candidats se sont engagés à lutter contre les changements climatiques, bien que les objectifs de Gary Burrill soient les plus ambitieux.

Le parti libéral veut atteindre un taux de 80 % d'énergie renouvelable d'ici 2030 et abandonner le charbon au même moment. Le Parti progressiste-conservateur soutient également l'objectif de 80 %. De son côté, le chef du NPD a déclaré qu'il devrait être de 90 % d'ici 2030.

Tout en mentionnant l'impact des feux de forêt en Colombie-Britannique, Gary Burrill a déclaré que la crise climatique n'était pas traitée avec l'urgence qu'elle mérite. Il faut, selon lui, des actions plus audacieuses.

Tim Houston a soutenu que tous les partis devaient travailler ensemble pour affronter la crise, mais il n'a pas pu s'empêcher de lancer une flèche aux libéraux.

Si les promesses vides étaient renouvelables, nous aurions résolu la crise climatique il y a longtemps, a-t-il déclaré.

Protection des terres

Au sujet de la protection des terres, Gary Burrill a accusé Iain Rankin de tenter d'être un champion du climat tout en permettant à Owl's Head d'être potentiellement transformé en terrain de golf.

Tim Houston a déclaré que le gouvernement Rankin a, derrière des portes closes, retiré Owl's Head de la liste des terres que l'on envisageait de protéger.

Iain Rankin s'est défendu en disant que sont gouvernement avait l'obligation d'écouter les gens de la communauté de Little Harbour.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !