•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une assemblée législative à majorité féminine aux Territoires du Nord-Ouest

Jane Weyallon assise à une table extérieure.

La nouvelle députée de Monfwi, Jane Weyallon Armstrong.

Photo : Radio-Canada / Chantal Dubuc

Les femmes sont maintenant majoritaires à l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest. Avec la victoire de Jane Weyallon Arstrong à l’élection partielle dans la circonscription de Monfwi mardi, 10 des 19 députés du territoire sont désormais des femmes.

C’est la première fois au Canada qu’un gouvernement territorial ou provincial est mené par une majorité de femmes.

C'est la deuxième fois que les Territoires du Nord-Ouest marquent l’histoire, en 2019 ses électeurs avaient élu le premier parlement paritaire du Canada.

L’élection de Jane Weyallon Armstrong au poste laissé vacant par le député démissionnaire Jackson Lafferty a donné la majorité aux députées féminines. Elle devient également la première femme élue députée dans la circonscription de Monfwi.

Un collage des 19 députés de l'Assemblée législative.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La députée élue Jane Weyallon Arstrong (au centre) rejoindra bientôt ses 18 collègues députés.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Quand je me suis présentée, je n’ai pas pensé à mon genre, explique la nouvelle députée élue. Je me suis présenté avec mes bonnes intentions et je voulais simplement faire un bon travail pour les gens.

La nouvelle députée qui préside toujours, pour l’instant, l’Association des femmes autochtones du territoire ajoute cependant avoir entendu beaucoup de citoyens exprimer leur soutien pour qu’une femme soit élue.

En visitant les communautés, beaucoup de personnes m’ont dit qu’ils espéraient une femme, que le point de vue d’une femme leur est important.

Une citation de :Jane Weyallon Armstrong, députée élue de Monfwi

Les Territoires du Nord-Ouest sont dirigés par un gouvernement de consensus, sans partis. Les 19 sièges sont comblés par des candidats indépendants qui, une fois élus, choisissent entre eux un premier ministre et six ministres. Les autres députés forment alors l'opposition.

Les femmes au pouvoir aux T.N.-O.

Jane Weyallon Armstrong n’est que la dernière d’une série de femmes à être choisie dans une position de pouvoir au territoire.

Cet été, les communautés Tłı̨chǫ de Gamètì et de Wekweètì, qui font partie de la circonscription de Monfwi, se sont aussi donné des femmes pour chef.

Caroline Cochrane en point de presse.

Caroline Cochrane est la première ministre des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Il ne s'agit pas que d’une tendance croit la première ministre du territoire Caroline Cochrane, mais bien d’une réalisation dans la société que les femmes méritent ces positions d’importance.

J’ai confiance que cela ne reculera pas, que ce n’est qu’un début, croit-elle. Je ne dis pas que les femmes vont prendre le contrôle, mais quand les femmes représentent 50 % de la population, des femmes devraient être assises dans la moitié des sièges.

Avant les élections de 2019, l’Assemblée législative ne comptait que deux femmes. La plus faible représentation des femmes dans une assemblée législative au pays.

Les ministres à l'autre bout de la chambre de l'Assemblée législative.

Dans un gouvernement de consensus comme aux T.N.-O., c'est l’ensemble des députés qui choisissent les ministres et c’est la première ministre qui leur attribue leurs portefeuilles.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Beaucoup de travail a été fait par la ministre de la Condition féminine, Caroline Cochrane, mais surtout, selon la première ministre, par sa collègue député Julie Green pour attirer plus de femmes en politique.

Force est d’admettre que ces initiatives, comme les cours offerts aux femmes pour leur apprendre à mener des campagnes électorales, ont fonctionné, dit la première ministre.

Une différence remarquée

Au Conseil sur la condition de la femme du territoire, l’arrivée d’un gouvernement paritaire en 2019 s’est fait sentir, surtout dans les questions d’égalité sociale, croit sa directrice générale Louise Elder.

Nous avons toujours été consultés, mais on nous consulte beaucoup plus à présent, dit-elle. Mais surtout, nous croyons que notre voix et notre perspective sont entendues. C’est encourageant.

Elle note entre autres la mise en place d’un département sur l’équité des genres, ainsi que sur la création d’un poste de coordonnateur sur la violence familiale au sein du gouvernement.

Nous pensons que les points de vue des femmes et leurs priorités sont incorporés dans le processus de décision du gouvernement comme jamais auparavant.

Une citation de :Louise Elder, directrice générale, Conseil sur la condition de la femme des T.N.-O.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !