•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Camille veut un service de garde

Noémie Massé tient son bébé devant une ferme.

La résidente de Saint-Camille Noémie Massé cherche encore une garderie pour son deuxième enfant.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

Si les milieux ruraux ont la cote auprès des familles qui souhaitent s’y établir, l'enjeu du manque de places en garderie représente un obstacle majeur. À Saint-Camille, des citoyens se mobilisent pour trouver une solution. 

Nous, on n’a aucune garderie de disponible à Saint-Camille, se désole la résidente Noémie Massé.

Elle doit amener son enfant dans une garderie de Val-des-Sources, située à près de 25 kilomètres de chez elle, ce qui nécessite un temps de déplacement non négligeable. C’est 50 minutes le matin et 50 minutes le soir, donc près de deux heures, précise-t-elle.

De plus, elle n’a toujours pas trouvé de place pour son deuxième enfant, qui est aujourd'hui âgé de six mois. Même si la ferme où elle travaille est située au même endroit que sa résidence, elle souligne qu’elle ne peut pas se passer des services d'une garderie.

Il y a des dangers, à la ferme. En tracteur, je ne peux pas toujours les amener. Tout dépendamment du travail à la ferme qu’on a à faire, déménagement d’animaux, par exemple, je ne peux pas les amener non plus, explique-t-elle.

Un élément incontournable

Noémie Massé n’est pas la seule à faire face à cet enjeu dans la municipalité, qui compte un peu plus de 550 habitants. Le résident Gabriel Bourque, qui a sondé la population, l'a constaté.

Gabriel Bourque sourit. Il tient un chat et est accompagné d'un jeune garçon.

Gabriel Bourque a constaté qu'il y a un vrai besoin pour une garderie dans la municipalité.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Je me suis aperçu qu’il y a quasiment une vingtaine d’enfants de 0 à 5 ans au village. C’est un besoin assez réel.

Une citation de :Gabriel Bourque, résident de Saint-Camille

Pour tenter de trouver une solution à court terme, des citoyens se sont mobilisés avec l’aide de la municipalité et ont fait parvenir à chaque résident une lettre pour les inciter à faire partie de la solution. L’objectif, ici, était vraiment de cibler les personnes qui pourraient être intéressées à ouvrir une garderie en milieu familial, indique M. Bourque.

La municipalité promet d'accompagner les volontaires, qui pourraient aussi bénéficier d'une aide financière de l'État. Selon le maire de Saint-Camille, Philippe Pagé, il s'agit d'un enjeu crucial pour le village, qui multiplie les efforts pour attirer les familles.

Un homme tient une feuille sur laquelle il est écrit "Devenir responsable d'un service de garde en milieu familial".

Des résidents de Saint-Camille tentent de se mobiliser pour qu'une garderie en milieu familial puisse ouvrir dans la municipalité.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Un CPE [centre de la petite enfance], c’est rendu un élément incontournable si on veut créer des milieux de vie complets en ruralité. Effectivement, ça pourrait être un frein si on n’obtenait pas ces places-là, soutient-il.

Le maire déplore que la municipalité de Saint-Camille n’ait pas été considérée jusqu’à présent comme un milieu de vie propice à l’ouverture d’un CPE, puisque jusqu'à tout récemment, plusieurs places en garderie étaient disponibles ailleurs dans la MRC.

La région, on est considérés comme un endroit qui a atteint une saturation. Pourtant, les besoins du terrain nous montrent le contraire.

Une citation de :Philippe Pagé, maire de Saint-Camille

Toutefois, les plus récentes données du ministère de la Famille permettent maintenant de conclure qu'il faut plus de places en garderie dans toutes les MRC de l'Estrie. Il manque présentement 2420 places pour la région, et il est évalué qu’il en manquera toujours 1249 en 2023.

C’est certain qu’il faudrait mettre beaucoup beaucoup plus de ressources au ministère pour régler cette situation-là. On sent que le ministre a été à l’écoute, il s’est alimenté auprès de nos organisations municipales. Il a fait des tournées, il a le pouls du terrain, c’est le temps de passer à l’action, conclut le maire de Saint-Camille.

Le ministre de la Famille doit annoncer les projets retenus pour la création de nouvelles places en garderie en août.

Avec les informations de Thomas Deshaies 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !