•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tour du Lac pour Michaël et pour la recherche

Un groupe de cyclistes

Un groupe d'amis, tous médecins, font le tour du lac Saint-Jean à vélo et à la course pour amasser des fonds pour l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie du Québec.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

D’une grande tragédie, la mort d’un collègue et ami, a pris naissance un élan d’amour et de solidarité au sein d’un groupe de médecins qui a entrepris le tour du lac Saint-Jean à vélo et à la course.

À chaque foulée ou coup de pédale, les participants portent le souvenir de Michaël Proulx, gastroentérologue, qui a rendu l’âme à 30 ans en février des suites d’un cancer du poumon fulgurant. L’aventure leur a permis d’amasser des fonds au profit de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie du Québec (IUCPQ).

Michaël Proulx a reçu le diagnostic de cancer pulmonaire de stade 4 l’hiver dernier. Il est mort quelques jours plus tard, laissant derrière lui sa conjointe enceinte, Camille Filion, et leur fils Édouard. Michaël n'avait jamais fumé de sa vie et il était en pleine forme. Une anomalie génétique identifiée aux États-Unis un mois après son décès serait à l’origine du cancer qui l’a foudroyé.

Trois personnes sur la photo.

Michaël Proulx, Camille Filion et leur fils Edouard.

Photo :  Avec la permission de Camille Filion

Michaël a eu la chance malgré les règlements de la COVID d'avoir été entouré de tous ceux qu'il aimait et de partir avec espoir, avec résilience, avec beaucoup de courage et en nous laissant le message de dire : profitez de la vie, chaque jour, c'est un cadeau , a raconté sa conjointe. Enceinte de 29 semaines, elle a elle aussi enfourché son vélo.

Ce tour du lac Saint-Jean permet des retrouvailles entre membres d’un cercle d’amis éprouvés, mais unis par le deuil. Il n’y a point de mal dont il ne naisse un bien, disait Voltaire, et c’est un peu dans cet esprit que les jeunes médecins se sont donné pour mission d'amasser des sous pour l’IUCPQ.

Les 15 000 $ recueillis fourniront des ressources financières permettant d’identifier des biomarqueurs liés aux cancers et de fournir aux patients atteints une thérapie ciblée et efficace.

On a plein de nouveaux traitements qui sont accessibles. On a plein de marqueurs qu'on doit être capable d'aller chercher pour dire voici l'ennemi, voici comment on le traite. Tant qu'on ne sait pas c'est qui l'ennemi, c'est qui le cancer, c'est très difficile d'avoir un bon traitement efficace fait qu'on a besoin d'avoir accès à cette information-là , note Camille Filion.

Où qu’il soit, Michaël Proulx doit sourire à l’idée de voir ses camarades donner à la société, en plus de ce qu’ils font chaque jour, comme médecins, pour assurer le bien-être de ceux dont ils ont la responsabilité de prendre soin.

On redonne pour Michaël. On redonne ce que Michaël aurait voulu qu'on donne à la société pis on ramasse ces fonds-là pour que les choses puissent être différentes dans le futur pour les prochains Michaël , termine sa complice.

D'après un reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !