•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plainte contre Marineland au sujet de Kiska, « l'épaulard le plus solitaire du monde »

Un épaulard dans l'eau

Selon Animal Justice, Kiska est seule depuis 2011.

Photo : offerte par Phil Demers

Radio-Canada

Un groupe à but non lucratif de défense des animaux demande au gouvernement de l'Ontario d'enquêter sur la façon dont Marineland traite l’épaulard Kiska.

La plainte déposée par Animal Justice auprès du ministère du Solliciteur général a été consultée par CBC News. Elle allègue que Marineland enfreint la loi en soumettant l'épaulard à des conditions qui ne répondent pas à ses besoins physiques et mentaux.

CBC News a demandé un commentaire à Marineland, l’aquarium de Niagara Falls, qui n'avait pas encore répondu au moment de publier.

La plainte d'Animal Justice fait suite à des vidéos publiées par Phil Demers. Celui-ci est un ancien dresseur qui à travaillé à Marineland.

Les vidéos semblent montrer Kiska se déplaçant lentement et de manière apathique.

Il s’agit probablement de l'épaulard le plus solitaire au monde et c'est très triste, a déclaré Camille Labchuk, directrice exécutive d'Animal Justice. Il est difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour ce qu'elle traverse.

En mai, des inspecteurs des services de protection des animaux ont ordonné à Marineland d’améliorer la qualité de l’eau des bassins qui abritent des bélugas, des dauphins, des morses, des otaries et un épaulard.

Selon le rapport, ces animaux étaient en détresse en raison de la mauvaise qualité de l'eau.

Animal Justice affirme que Kiska a été capturée en Islande en 1979, alors qu'elle avait trois ans. Marineland l’aurait acheté plus tard. Le groupe affirme que Kiska a donné naissance à cinq baleineaux, mais qu'ils sont tous morts jeunes. Au fil du temps, ses autres compagnons sont morts ou ont été transférés dans d'autres établissements.

Selon Animal Justice, Kiska vit sans autre compagnon épaulard depuis 2011.

Bien qu'il soit illégal de garder des baleines et des dauphins en captivité, Marineland bénéficie d'une exemption en raison d’une clause de grand-père.

Une situation cruelle

La plainte comprend le commentaire de la Dre Naomi Rose, de l'Institut pour le bien-être des animaux.

Au minimum, [Kiska] aurait dû depuis longtemps être transférée dans une installation avec d'autres épaulards ou avoir pour compagnons des individus d'une autre espèce de cétacés, a déclaré Mme Rose dans un communiqué de presse d'Animal Justice.

En aucun cas, permettre à son état de solitude totale de se poursuivre - surtout compte tenu qu’elle est présentement pratiquement inerte - n'est le choix approprié.

Animal Justice cite la Loi provinciale sur les services de protection des animaux, qui stipule que le propriétaire d'un animal ne peut pas causer ou permettre la détresse. Le Code criminel interdit également à quiconque de causer volontairement ou de permettre la souffrance ou la négligence.

Nous pensons qu'il est vraiment important que les organismes d'application de la loi prennent cette question au sérieux, et qu'il est nécessaire et approprié de faire ce qu'ils peuvent pour aider Kiska, a déclaré Mme Labchuk, qui est également avocate.

La meilleure option [pour Marineland] est de se convertir en une attraction sans animaux.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !