•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil favorable au plan de reprise des chirurgies à Ottawa et dans l’est ontarien

Quatre employés médicaux marchent de dos dans un couloir d'hôpital.

Le plan de reprise des chirurgies s'accompagne d'une enveloppe pouvant atteindre 324 millions de dollars. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

À Ottawa comme dans l’est ontarien, des intervenants du milieu de la santé se réjouissent du plan, annoncé mercredi par le gouvernement de Doug Ford, visant à rattraper le retard accumulé durant la pandémie de COVID-19 pour les opérations chirurgicales.

Le plan vise à permettre au système de santé hospitalier et communautaire de fonctionner à une capacité de 110 % à 115 %. Une enveloppe pouvant atteindre 324 millions de dollars est assortie au plan.

L’annonce de financement du ministère est bienvenue, a réagi, dans une déclaration écrite, l’Hôpital Queensway Carleton (QCH), situé à Ottawa.

L’équipe chirurgicale de QCH - qui a été redéployée dans diverses unités comme les soins intensifs et les urgences pour aider avec la COVID-19 - a repris ses activités et s’attaque à l’arriéré, a-t-on ajouté.

L’établissement fonctionne actuellement à 70 % de sa capacité en termes d'opérations chirurgicales. À ce chapitre, aucun des établissements contactés par ICI Ottawa-Gatineau, mercredi, n’a atteint les 100 %.

Le QCH s’attend à retrouver cette pleine capacité à l’automne.

Même objectif du côté de l’Hôpital général de Hawkesbury. Mais la difficulté principale pour y arriver est le manque de personnel, a souligné la médecin-chef de cet établissement de l’est ontarien, la Dre Julie Maranda.

L’argent ne peut pas être seulement utilisé pour bâtir. Il faut investir dans la main-d'œuvre et dans l’éducation, parce que même avec des salles d'opération partout, il n’y a pas de main-d'œuvre, a-t-elle dit en entrevue.

Il n’existe pas assez d’infirmières, même de médecins, pour combler tous les postes qui existent présentement.

Une citation de :Dre Julie Maranda, médecin-chef de l’Hôpital général de Hawkesbury

Bien que le défi demeure entier, elle se montre encouragée par l'annonce de mercredi.

Ça nous donne de l’espoir qu’il y a un intérêt, au niveau du gouvernement, d’investir dans les systèmes de santé et dans les petits hôpitaux comme le nôtre pour permettre aux gens d’avoir accès à des soins [...] le plus vite possible et le plus près possible de leur maison, a-t-elle commenté.

Des milliers de personnes en attente, selon le Dr Roumeliotis

Le plan du gouvernement Ford a aussi été accueilli à bras ouvert par le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le Dr Paul Roumeliotis.

J'attendais cette nouvelle parce qu’on a perdu beaucoup de temps. On a beaucoup de personnes sur les listes d’attente, a-t-il soutenu, mentionnant des centaines de milliers de personnes en attente partout en Ontario.

Le Dr Roumeliotis accorde une entrevue par visioconférence.

Le Dr Paul Roumeliotis est le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l'est de l'Ontario. (archives)

Photo : Radio-Canada

Il a insisté sur la nécessité d’augmenter la couverture vaccinale aux quatre coins de la province. À son avis, la vaccination est intrinsèquement liée à la capacité du système de santé de rattraper le retard perdu dans les chirurgies.

Si une résurgence de la COVID-19 se manifestait, la reprise des opérations reportées serait mise en péril, a-t-il expliqué.

Il faut qu’on vaccine le plus possible parce que si les hôpitaux débordent avec le variant Delta, on n’en aura pas la chance [de faire le rattrapage], même si on a de l’argent pour [...] et les personnes vont attendre beaucoup plus, a-t-il conclu.

En Outaouais, la reprise des activités chirurgicales est aussi freinée par le manque de personnel. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la région a indiqué, par courriel, que seulement 41 % du personnel spécialisé nécessaire pour faire des chirurgies est en place.

Malgré tout, les activités ont repris à 61 % de leur capacité. L’objectif du Québec est que ce taux augmente à 115 % dès octobre, dans l'ensemble de la province.

Avec les informations de Denis Babin et de Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !