•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les efforts pour préserver les zones humides du Manitoba se multiplient

Herbes hautes sur le bord du marais Delta, au sud du lac Manitoba.

En période de sécheresse, les marais peuvent venir en aide aux agriculteurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux initiatives récentes au Manitoba visent à préserver des zones humides de la province. Ces écosystèmes sont essentiels lors de sécheresses comme celle que subit actuellement le Manitoba.

Les zones humides se démarquent par leur mélange de terre et d’eau et elles hébergent de nombreuses espèces animales et végétales. On y compte notamment les tourbières et les marais.

Elles jouent un rôle clef dans la régulation des sécheresses et des inondations, explique le chercheur scientifique avec Canards illimités Canada Pascal Badiou.

Avec l’évapotranspiration [essentiellement, le contraire de la précipitation, NDLR] qui se produit dans les terres humides, on voit une humidification de l’atmosphère et en même temps ça refroidit l’atmosphère, affirme-t-il.

Dans les zones où il y a beaucoup de terres humides, pendant l’été on peut voir un refroidissement de 1 à 3 degrés Celsius. Elles sont très, très importantes pour combattre le changement climatique et pour nous aider en temps de sécheresse, poursuit le chercheur.

Il y a quelques semaines, Conservation de la nature Canada annonçait l'acquisition de 115 hectares du marais Douglas, près de Brandon.

Le responsable des communications de l’organisme, Jensen Edwards, affirme qu’il s’agit d’un marais particulièrement important.

Le marais Douglas est dans le plus grand système de milieu humide du delta de l’Assiniboine, alors il joue un rôle immense dans la régulation des eaux de la vallée Assiniboine, explique-t-il.

Le marais Douglas a aussi été désigné « zone importante pour la conservation des oiseaux ». Il abrite plusieurs espèces en péril, et il est notamment le site de l’un des plus grands rassemblements de râles jaunes de la région des Prairies, un oiseau nocturne.

La semaine dernière, Ottawa a annoncé un financement de 25 millions de dollars pour la préservation de tels écosystèmes dans les Prairies. Canards illimités en a obtenu 19 millions de dollars, et Conservation de la nature Canada, 4 millions de dollars.

Ces projets permettront de séquestrer du carbone et contribueront à assurer un avenir plus sain et plus durable pour nos terres et nos cours d’eau, ainsi que pour les agriculteurs qui en dépendent pour nourrir les Canadiens, affirme dans un communiqué la ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau.

Les deux organismes cherchent à collaborer avec des agriculteurs pour restaurer des terres humides asséchées par l’agriculture.

Par exemple, en 2020, Canards illimités s’est associé à 1000 agriculteurs et éleveurs des Prairies pour conserver et restaurer presque 22 000 hectares de prairies et de terres humides.

Avec les informations de Mohamed-Amin Kehel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !