•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « éclaireurs » pour aider les personnes en détresse en raison de la pandémie

Un adolescent recroquevillé, assis sur des escaliers, dans une maison.

Selon la santé publique, les adolescents et les jeunes adultes sont particulièrement touchés (archives).

Photo : getty images/istockphoto / Iamstocker

La direction de la santé publique de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine lance un projet pour aider les personnes qui souffrent d'anxiété et de dépression en raison de la pandémie de COVID-19.

Dès septembre, des éclaireurs vont tenter de détecter les personnes en détresse psychologique et de les diriger vers les ressources d'aide existantes aux Îles et en Gaspésie.

Selon le directeur régional de santé publique, le docteur Yv Bonnier-Viger, la pandémie ajoute davantage de problèmes de santé mentale chez plus de 25 % de la population, et notamment chez les jeunes adultes et les adolescents.

Chez les 25 ans et moins, les symptômes d'anxiété et de dépression ont augmenté de l'ordre de 50 % par rapport à ce qu'ils étaient au niveau de base, explique-t-il.

Trouver de l'aide

Le docteur Bonnier-Viger croit qu'un tel programme va permettre de rejoindre les personnes en détresse qui hésitent à chercher de l'aide.

Il y a beaucoup de gens qui hésitent à aller consulter, pour toutes sortes de raisons, et s'il y a quelqu'un qui leur dit "écoute, il me semble que tu ne feel pas, comment ça va?" et que la personne s'ouvre, il faut être capable de ne pas juste dire "bonne chance!", mais pouvoir dire "je connais un tel et un tel qui peuvent te donner tel coup de main."

Les personnes sélectionnées pour devenir éclaireurs doivent suivre une formation, similaire à celle que doivent suivre les personnes qui participent au programme Sentinelle, en prévention du suicide.

S'adapter aux besoins

Le nombre d’éclaireurs par MRC est variable selon les besoins de la population.

Dans une école, par exemple, on peut avoir une personne si c'est un petit établissement, mais si c’est une grande école, comme une école secondaire, on peut en avoir deux ou trois, détaille-t-il.

Un deuxième volet du programme consistera en des activités au sein des communautés sur ce qui nous aide à aller mieux, à nous garder en santé, à améliorer notre bien-être, explique le Dr Bonnier-Viger

Les CISSS de la Gaspésie et des Îles ont investi deux millions de dollars dans la formation d'éclaireurs. Des coordinations régionales et locales ont été mises en place pour monter et superviser le programme, qui s'étendra sur 14 mois.

Le projet Éclaireur se jumelle au projet Veilleur, un projet similaire qui concerne spécifiquement le milieu de la santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !