•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto et Peel : de la vaccination de masse à une approche plus ciblée

Un homme se fait vacciner.

Les régions de Peel et de Toronto ferment progressivement leurs centres de vaccination de masse.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Radio-Canada

La Ville de Toronto fermera cinq de ses neuf centres de vaccination de masse le 22 août.

La santé publique va réaffecter environ 700 travailleurs de la santé au sein d'équipes mobiles. Son objectif est de vacciner plus de gens dans les quartiers où le taux d’immunisation est le plus bas.

On informera les citoyens qui seront vaccinés d’ici là dans ces centres de l’endroit où ils pourront recevoir leur deuxième dose.

Quatre centres de vaccination de masse vont demeurer ouverts :

  • centre commercial Cloverdale
  • centre sportif The Hangar de North York
  • centre des congrès au centre-ville
  • Scarborough Town Centre

Peel a pris les devants

La région de Peel a déjà pris ce tournant dans la campagne de vaccination. Elle a fermé en début de semaine les centres de vaccination de masse du centre des congrès International Centre et du campus de l’Université de Toronto à Mississauga.

L’objectif, ici encore, est de redéployer le personnel et les ressources vers les cliniques éphémères et la sensibilisation à la vaccination dans la communauté.

Selon la Ville de Toronto, plus de 80 % des résidents de 12 ans et plus ont reçu une dose de vaccin et 70 % des adultes sont complètement vaccinés. La santé publique de Toronto a recensé 45 nouveaux cas mercredi.

Près de 80 % des résidents de Peel de 12 ans et plus ont reçu une dose de vaccin contre la COVID-19 et 55 % des adultes sont complètement vaccinés.

Le Dr Zaid Chagla dans un bureau.

Le Dr Zain Chagla, de St. Joseph's Healthcare Hamilton

Photo : CBC/Craig Chivers

Selon l’infectiologue Zain Chagla, à cette étape de la campagne, l’approche peut être différente. Durant les derniers milles, il n’est pas nécessaire que les centres de vaccinations soient ouverts, a-t-il affirmé.

Il faut que les dirigeants communautaires et les pairs soient capables d'atteindre les gens qui n’ont pas de contact avec les professionnels de la santé, explique le Dr Chagla.

Il y a encore des obstacles qui empêchent les gens de se faire vacciner, rappelle le médecin : l’éducation, la barrière de la langue, la mobilité, les handicaps.

Il y a des gens qui n’ont pas le soutien nécessaire pour prendre un jour ou deux de congé pour surmonter les effets secondaires du vaccin; il faut leur fournir l’information et les ressources pour y arriver ou pour pouvoir s’absenter du travail.

Avec les informations de CBC

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !