•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : retour du port obligatoire du masque dans le centre de l’Okanagan, en C.-B.

Des personnes marchent sur les bords du lac Okanagan, à Kelowna.

Si les touristes étaient nombreux ces dernières semaines à Kelowna, la santé publique décourage désormais les voyages non essentiels vers le centre de l'Okanagan.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

À compter de minuit, le port du masque sera à nouveau obligatoire dans les espaces publics du centre de l'Okanagan en raison d'une éclosion d'infections au SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19. Les autorités sanitaires ont annoncé la mesure lors d'un bilan sur la pandémie mercredi.

Les voyages non essentiels en provenance et en direction de la région sont à nouveau découragés, à moins que les personnes soient complètement vaccinées. Les secteurs de Kelowna, de Peachland et de Lake Country sont concernés.

Les autorités sanitaires recensent une hausse significative des cas de COVID-19 dans le centre de l’Okanagan.

Dans le bilan de mercredi, la régie de santé de l’intérieur de la Colombie-Britannique annonce 113 nouvelles infections, soit plus de la moitié des 185 signalées à l’échelle de la province. De plus, sur les 909 personnes toujours infectées dans la province, 503 se trouvent dans la régie de la santé de l'Intérieur.

Le secteur de Kelowna est particulièrement préoccupant, souligne la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry.

Sue Pollock, la médecin hygiéniste en chef pour la régie de santé de l’intérieur de la Colombie-Britannique, recommande également aux résidents du centre de l’Okanagan de favoriser les rassemblements à l'extérieur, même s'il n'y a aucune restriction provinciale à cet effet. C’est le moment d’agir, ajoute-t-elle.

Depuis le 1er juillet dans la province, le port du masque n'est plus obligatoire, mais reste recommandé dans les lieux publics.

Il ne deviendra pas obligatoire à l’extérieur dans le centre de l'Okanagan, mais son port est vivement encouragé lorsqu'il est impossible de respecter la distanciation sociale, indiquent les autorités.

Délai réduit à 28 jours entre les deux doses de vaccin

Depuis le 1er juillet, les nouvelles infections recensées touchent principalement les Britanno-Colombiens âgés de 20 à 40 ans, partiellement ou non vaccinés, poursuit la Dre Pollock.

C'est le signe que la vaccination fonctionne, selon les autorités sanitaires qui exhortent la population du centre de l’Okanagan à compléter leur vaccination le plus rapidement possible. Afin d'accélérer le processus, le délai entre les deux doses de vaccin est désormais de 28 jours dans cette région.

Je veux encourager tout le monde, tout le monde, à se faire vacciner, affirme le ministre de la Santé, Adrian Dix.

La Dre Pollock souligne par ailleurs l’importance de ces nouvelles mesures pour contenir cette hausse exponentielle de cas, avant qu’elle ne s’étende aux autres régions de la province.

En contrôlant cette poussée dans le centre de l’Okanagan, nous aidons les autres régies sanitaires et toute la province.

Une citation de :Sue Pollock, médecin hygiéniste en chef, Régie de santé de l’Intérieur

En juillet 2020, Kelowna a fait face à une éclosion de COVID-19, mais la communauté s’est rassemblée et a géré la situation de façon exemplaire, rappelle de son côté le ministre de la Santé, Adrian Dix, sur un ton encourageant.

Le message, c’est que nous pouvons le faire, poursuit-il. Ces mesures sont nécessaires, mais nous allons travailler ensemble pour mettre un terme [à l'éclosion]. Nous devons éviter de blâmer des personnes en particulier. C’est un vilain virus transmissible qui veut tous nous toucher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !