•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival du patrimoine revient célébrer la diversité culturelle à Edmonton

Les organisateurs demandent aux visiteurs de réserver leur place en ligne cette année.

Les danseurs du groupe hongrois Csardas font une démonstration sur le site du Festival du patrimoine.

Le Festival du patrimoine d'Edmonton a eu lieu presque tous les ans depuis 47 ans. (archives, 2018)

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Radio-Canada

Après une année de célébrations virtuelles, le Festival du Patrimoine d’Edmonton sera de retour au parc Hawrelak. Des membres des communautés de 46 pays y seront présents du 31 juillet au 2 août pour faire découvrir leur culture aux visiteurs à travers des mets, de la musique et des kiosques.

Yao Lazare Koko ne cache pas son bonheur de pouvoir monter le kiosque de la Côte d’Ivoire sur la pelouse du parc Hawrelak pour une quatrième fois.

Au stand 15 de la Côte d’Ivoire, comme on dit, ce sera du balèze, du lourd. Il faut être là pour apprécier. On ne raconte pas aux absents, il faut le vivre!, assure-t-il.

En plus des vêtements et des instruments de musique traditionnels, du pain et des brochettes qu’il a offerts par le passé, cette année il ajoute des jus et surtout, l’alloco, un type de banane plantain frite qui est, selon lui, la mascotte de son pays.

Le festival, qui fête ses 47 ans, se veut une célébration du multiculturalisme edmontonien. Les visiteurs peuvent se promener d’un kiosque à l’autre pour en apprendre plus sur la culture et l’histoire de divers pays et acheter de la nourriture typique de ces endroits.

Cette année, une quinzaine de pays de moins que la moyenne d’avant la pandémie y seront présents, mais il y aura quand même des nouveautés. La communauté togolaise, notamment, y aura un kiosque pour la première fois.

C’est l’occasion pour nous de présenter notre pays, le Togo, pour démontrer la diversité culturelle qui est basée à Edmonton, se réjouit John Boko, un des représentants.

Réserver sa place en ligne et éviter l’argent comptant

Cette année, quelques modifications ont été apportées à la formule habituelle pour minimiser les risques pour la santé publique. Les visiteurs doivent réserver leur place gratuite en ligne sur le site du festival (Nouvelle fenêtre) (en anglais) afin d’éviter les foules. Les organisateurs prient également les festivaliers de porter un couvre-visage, sauf dans les aires désignées pour manger.

Le directeur à un podium dans le parc. Derrière lui, plusieurs personnes et une mascotte portent un masque.

Le directeur du Festival du patrimoine demande aux gens de bien vouloir mettre un masque et de respecter les règles pour réduire les risques de propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

Nous avons un demi-million de masques à l’entrée. Donc, si vous oubliez le vôtre, nous allons, avec plaisir, vous en donner autant que vous voulez, dit le directeur de l’Association du festival du patrimoine d’Edmonton, Jim Gibbon.

Par ailleurs, au lieu d’acheter et d’échanger des tickets pour des plats et des collations à chaque kiosque, il faudra payer par carte de débit ou de crédit.

Le Service de transport d’Edmonton assurera par ailleurs un service de navette jusqu’au parc à partir de divers endroits de la ville. Les visiteurs peuvent payer avec les billets habituels du transport en commun ou un acheter un billet aller-retour pour 6 $.

Un nouveau festival de musique du monde dans l’amphithéâtre

Un festival naissant, la Semaine des musiques du monde, se tiendra simultanément dans l’amphithéâtre du parc Hawrelak.

Une des performances, Heartbeats of the World, sera un pot-pourri de joueurs de tambour appartenant à différentes cultures. Il y aura aussi plusieurs groupes locaux, dont Soulja Fyah.

On peut vraiment permettre aux gens de vivre quelque chose de nouveau [...] et se donner une chance de [...] relaxer avec de la bonne musique tout en apprenant à connaître d’autres cultures, dit le directeur de l’événement, Greg Davis.

Des billets sont en vente à partir de 35 $ sur Eventbrite. Le laissez-passer pour les trois soirs de spectacles coûte 85 $.

Cette année, nous commençons petit, nous marchons avant de courir, reconnaît Greg Davis, qui espère toutefois que le festival finira par être un incontournable annuel à Edmonton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !