•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thierry Larose, plus jeune vainqueur du Prix de la chanson SOCAN

Un homme qui chante en jouant de la guitare.

Thierry Larose sur le plateau de l’émission « Bonsoir bonsoir! » le 20 juillet dernier

Photo :  La production est encore jeune / Karine Dufour

Radio-Canada

Depuis 16 ans, le Prix de la chanson SOCAN récompense les artistes en émergence du Canada. Cette année, avec sa chanson Les amants de Pompéi, Thierry Larose devient, à 23 ans, la plus jeune personne à recevoir ce prix doté d’une bourse de 5000 $.

Le fait d’avoir été sélectionné pour le prix était pour moi déjà tout un honneur; le voici doublé par votre soutien. Je vous laisse sur ces paroles de Charlebois, qui sont d’adon : “J’aime mon prochain, j’aime mon public / Tout ce que je veux c’est que ça clique”, a déclaré l’auteur-compositeur-interprète dans un communiqué.

L’histoire comme inspiration

La chanson Les amants de Pompéi figure sur le premier album de Thierry Larose, Cantalou, sorti en mars dernier sous l’étiquette Bravo musique.

Parmi les finalistes en lice pour le Prix de la chanson SOCAN, il y avait 10 titres choisis par le public, dont Tu m’connais trop bien, de Gab Bouchard, Le cœur a ses raisons, de Sarhamée, et OK, de Clay and Friends.

Beaucoup d’amis étaient dans les chansons en lice, et c’est fou de penser qu’autant de gens ont aimé ma chanson, a dit Thierry Larose à Stéphanie Gagnon, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Les amants de Pompéi, c’est le surnom des deux corps enlacés, ceux d’un homme et d’une femme pensait-on au départ, qui ont été retrouvés en 1922 et dont la mort a été causée par l’éruption du Vésuve en l’an 79.

En 2017, une découverte a révélé qu’il s’agissait en fait de deux hommes, et le corps d’une autre personne, morte elle aussi lors de l’éruption volcanique, a également été retrouvé. Cette victime a été surnommée à tort le masturbateur de Pompéi sur les réseaux sociaux, en raison de la position dans laquelle son corps se trouvait.

L’histoire de la chanson, c’est une fiction que j’ai inventée entre le masturbateur et les amants, dans laquelle le masturbateur était celui qui était délaissé, au final, d’un triangle amoureux qu’ils formaient, a expliqué Thierry Larose.

Quant à la musique de la chanson, l’auteur-compositeur-interprète a commencé à la composer dès l’âge de 17 ans, en pensant aux arrangements de piano et de flûtes. Des années plus tard, j’avais une progression d’accords et un sujet, a précisé le chanteur.

Son amour pour le public

Thierry Larose a participé au festival FRIMAT de Val-d’Or, qui s’est tenu du 22 au 24 juillet. Il a été super enjoué d’y retrouver un public endiablé. Ça fait du bien comme musicien de voir qui écoute et aime ta musique à ce point. Après le spectacle, on est revenus sur scène deux fois pour deux rappels. C’était malade! a mentionné Thierry Larose.

L'artiste écoute en ce moment beaucoup de musique et de documentaires sur Bob Dylan; il aime cette ambiance effervescente de certains spectacles des années 1970, qu’il a retrouvée à Val-d’Or et qu’il espère revivre lors de son prochain spectacle avec Gab Bouchard jeudi à la salle André-Mathieu, à Laval.

Avec les informations de Stéphanie Gagnon, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !