•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des recherches de sépultures ont débuté sur le site de l’ancien pensionnat à La Ronge

Un cimetière avec des pierres tombales, une ancienne clôture, des bouleaux. C'est l'été.

Les recherches sur ce site ont débuté samedi dernier. Le cimetière comprend quelques marqueurs et des pierres tombales.

Photo : Fournie par Tammy Cook-Searson

Radio-Canada

La bande indienne du Lac La Ronge est la plus récente des communautés autochtones de la Saskatchewan à entamer des recherches pour trouver des sépultures en lien avec un ancien pensionnat.

AVERTISSEMENT : Ce texte peut contenir des détails troublants pouvant ne pas convenir à certains lecteurs.

Les recherches se déroulent sur le site d'un vieux cimetière à l'ouest du centre-ville de La Ronge, à environ 375 kilomètres au nord-est de Saskatoon.

Selon la cheffe de la communauté, Tammy Cook-Searson, 70 % du site du cimetière restent à scruter.

Nous avons beaucoup de pain sur la planche.

Une citation de :Tammy Cook-Searson, cheffe de Lac La Ronge
Un homme et une femme écoutent les explications d'un ingénieur concernant l'utilisation d'un géoradar. C'est l'été. Ils sont dehors.

Un ingénieur, à droite, explique aux membres de la communauté comment fonctionne l'équipement fourni par SNC-Lavalin pour rechercher des tombes dans un cimetière situé derrière le pensionnat pour Autochtones de Lac La Ronge, en Saskatchewan.

Photo : Facebook/Tammy Cook-Searson

Le pensionnat pour Autochtones de Lac La Ronge était situé devant le cimetière, qui servait également de cimetière communautaire. On y voit aujourd'hui des pierres tombales ici et là, explique Mme Cook-Searson.

Nous ne savons pas qui est enterré dans le cimetière.

Une citation de :Tammy Cook-Searson, cheffe de la communauté autochtone de Lac La Ronge

Les recherches ont lieu une semaine après que sept autres Premières Nations ont lancé des recherches semblables dans la collectivité de Delmas, en Saskatchewan, où se trouvait autrefois le pensionnat pour Autochtones de Delmas.

Un travail de longue haleine

Le travail à La Ronge prendra du temps. La communauté mène ses recherches à l’aide d’équipement radar à pénétration du sol et seulement 30 % du site du cimetière ont été explorés durant la fin de la semaine.

Les aînés et d’autres membres de la bande prennent parfois les rênes de l’équipement. La plus grande partie du cimetière doit encore être sondée, explique Mme Cook-Searson.

Et puis, nous devons aussi nous occuper de l’extérieur du cimetière, dans les environs, où les anciens ont dit qu’il y avait une fosse commune ici, vous savez, juste à partir de l’histoire orale et du temps passé à transmettre de l’information, ajoute-t-elle.

Des personnes issues de la communauté autochtone posent pour le photographe. C'est l'été. Ils sont à l'extérieur.

Des aînés ont assisté aux premières recherches effectuées par la communauté autochtone de Lac La Ronge.

Photo : Facebook/Tammy Cook-Searson

La communauté envisage d’entreprendre ce travail supplémentaire à la fin du mois d’août.

Aucune discussion n’a eu lieu au sujet d'une éventuelle exhumation des restes qui pourraient être découverts au cours de ces recherches, pour aider à les identifier, indique Mme Cook-Searson.

Un quatrième groupe en Saskatchewan

La communauté autochtone de Lac La Ronge est le quatrième groupe autochtone connu en Saskatchewan à avoir récemment commencé à chercher des tombes non marquées associées à un pensionnat.

Les sept Premières Nations qui composent le Battlefords Agency Tribal Chiefs n’ont pas encore annoncé les résultats de leurs récents travaux à Delmas.

La Première Nation de Muskowekwan a dit avoir trouvé les restes de 35 élèves auparavant non identifiés. D’autres travaux sont prévus sur le site du pensionnat de Muscowequan cet été.

Quant à la Première Nation Cowessess, elle a annoncé la découverte préliminaire de 751 tombes non marquées dans un cimetière près de l’ancien pensionnat pour Autochtones Marieval, la plus grande découverte de ce genre au Canada à ce jour.

  • Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

D’après les informations de Guy Quenneville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !