•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en présentiel dès la rentrée prochaine au cégep et à l'université

Des gens levant la main en classe.

Les cégeps et les universités accueilleront les étudiants et les étudiantes dès la rentrée.

Photo : Getty Images / skynesher

Malgré le retard qu'accusent les 16-29 ans dans la vaccination contre la COVID-19, le gouvernement Legault devrait annoncer dans les prochains jours que l'enseignement au collégial et à l'université se fera en présentiel à la rentrée.

En mai dernier, la ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, avait pourtant posé une condition à ce retour en classe : que 75 % des Québécois âgés de 16 à 29 ans aient reçu leurs deux doses de vaccin.

La campagne de vaccination a toutefois de la difficulté à toucher cette tranche d’âge et le gouvernement est en voie de rater sa cible.

Or, les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement postsecondaire sont beaucoup plus nombreux à s'être fait vacciner que la population générale.

En effet, 81 % d’entre eux ont reçu ou sont en voie de recevoir une deuxième dose, selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux, obtenues en comparant le registre de vaccination et les listes d’étudiants inscrits au cégep et à l’université.

La vaccination chez les étudiants

Dans les établissements collégiaux :

  • 81,8 % des étudiants ont reçu une première dose.
  • 42,3 % des étudiants sont adéquatement protégés.
  • La prise de rendez-vous pour la 2e dose chez les étudiants du collégial projette un taux à 78,6 %.

Dans les établissements universitaires :

  • 85,6 % des étudiants ont reçu une première dose.
  • 56 % des étudiants sont adéquatement protégés.
  • La prise de rendez-vous pour la 2e dose chez les étudiants de l’université projette un taux de 83 %.

Le gouvernement Legault devrait donc modifier son critère devant permettre un retour sur les bancs de l’école.

Plutôt que de tenir compte de la couverture vaccinale chez les 16-29 ans, toutes occupations confondues, il prendrait plutôt en compte la couverture vaccinale des étudiants et des étudiantes postsecondaires.

Présentement, dans la Capitale-Nationale par exemple, plus de la moitié (54,9 %) des étudiants inscrits dans un établissement postsecondaire ont reçu une deuxième dose. Près de 9 étudiants sur 10, soit 87,8 % des inscrits au cégep et à l'université, en ont reçu une première.

Le contraste est saisissant par rapport aux 16-29 ans en général. Au sein de ce groupe d’âge, moins de 40 % des gens ont reçu deux doses.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale se réjouit de ce succès, surtout qu'une initiative qui assure aux étudiants du postsecondaire un accès sans rendez-vous privilégié sur simple présentation d’une carte étudiante valide a été lancée le 19 juillet.

Depuis cette date, entre 30 et 50 étudiants collégiaux et universitaires s’en prévalent chaque jour.

Une citation de :Mathieu Boivin, agent d'information aux relations médias pour le CIUSSS de la Capitale-Nationale

La vaccination se poursuivra d’ailleurs à même les établissements d’enseignement cet automne. Les cégeps Sainte-Foy et Garneau ont déjà confirmé qu’une clinique sera à l’intérieur des murs à la première semaine de la rentrée.

En Chaudière-Appalaches, le CIUSSS poursuivra son effort de vaccination dans tous les établissements scolaires, sauf ceux du primaire.

Le gouvernement vise une couverture vaccinale de 75 % dans tous les groupes d'âge.

La crainte du variant Delta

Le variant Delta, source de nouvelles flambées de cas de COVID-19 un peu partout sur le globe, pourrait toutefois gâcher la fête.

Au Québec, nous sommes relativement épargnés jusqu'à présent, souligne l'épidémiologiste de l'INSPQ, Gaston de Serres. Ça pourrait changer.

L'automne, selon lui, apportera des conditions favorables à la transmission du coronavirus et Québec devrait hausser son objectif vaccinal dès maintenant s'il compte créer un rempart contre le variant Delta, plus contagieux.

Avec le variant Delta, ce qui serait souhaitable, c'est d'avoir une couverture vaccinale au-delà de 80 %.

Une citation de :Gaston de Serres, épidémiologiste à l'INSPQ

À son avis, le gouvernement n'aura d'autres choix que de s'ajuster à une éventuelle quatrième vague.

Si la couverture vaccinale n'est pas assez haute, les établissements scolaires vont être perturbés par des éclosions, prévoit l'expert. On va être obligés de mettre en place d'autres interventions, ce qui va être regrettable.

Avec les informations d'Alex Boissonneault et de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !