•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année « moyenne à bonne » pour la montaison du saumon sur la Côte-Nord

Vue sur la rivière entourée de conifères par une journée ensoleillée.

La Rivière-aux-Rochers à Port-Cartier est une rivière à saumon.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Radio-Canada

Le nombre de montaisons est en hausse cette année dans plusieurs rivières à saumon de la Côte-Nord.

Malgré un début de saison tardif sur certaines rivières à saumon de la région, les dernières données sur les montaisons sont encourageantes selon la Fédération québécoise pour le saumon atlantique.

C’est une année moyenne à bonne. On est confiant parce qu’on est juste à la moitié de la saison. Les chiffres de fin de saison vont nous aiguiller davantage sur les tangentes qu’on peut prendre, indique la directrice générale de la Fédération, Myriam Bergeron.

À la rivière Trinité, dans la Manicouagan, 715 saumons ont été dénombrés jusqu’à maintenant, alors que 256 l’avaient été à pareille date en 2020.

Même augmentation à la rivière Godbout, où 1082 saumons ont été recensés, contre 852 pour l’ensemble de la saison dernière.

C’est encourageant parce que ça fait deux années de suite que ça va mieux. Mais il ne faut pas se réjouir trop vite parce qu'il demeure que les populations de saumons sur la Côte-Nord sont vulnérables, soutient Mme Bergeron.

Image sous-marine de trois saumons de l'Atlantique.

Le saumon de l'Atlantique est en déclin dans la région depuis une dizaine d'années (archives).

Photo : Radio-Canada

Le déclin du saumon dans les rivières de la Côte-Nord dans la dernière décennie demeure de cause inconnue indique Myriam Bergeron. Une des hypothèses qui est intéressantes à l’heure actuelle c’est l’acidification des rivières qui est davantage prononcée sur la Côte-Nord. Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs a d’ailleurs commencé un suivi cette année pour évaluer si cela pouvait faire partie des causes de ce déclin. D’autres pistes sont évoquées à l’heure actuelle, mais on n’a pas encore de réponse, précise la biologiste.

Dans la Rivière-aux-Rochers, à Port-Cartier, on observe une très bonne année, indique la présidente de l’Association de protection de cette rivière, Marilyne Leblond. Est-ce que c’est une année exceptionnelle ou c’est un nouveau cycle qui sera vraiment encourageant? On verra!, lance-t-elle.

Marilyn Leblond devant une chute de la Rivière-aux-Rochers.

Marilyn Leblond est présidente de l'Association de protection de la Rivière-aux-Rochers.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

La présidente de l’Association pense que les mesures mises en place par son organisation et les changements dans les habitudes des pêcheurs aideront à préserver des populations de saumons nombreuses. Dans les années passées, on avait une mentalité qu’on pouvait garder le saumon et le manger, mais la jeune relève maintenant est plus dans la remise à l’eau […] Dans un futur assez rapproché, on veut limiter le nombre de captures à une par jour au lieu de deux pour donner une chance à notre rivière.

Avec les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !