•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un élevage de sangliers en plein développement à Saint-Alexandre-de-Kamouraska

De jeunes sangliers.

Le couple établi à Saint-Alexandre-de-Kamouraska détient plusieurs dizaines de bêtes.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Radio-Canada

La présence de sangliers sauvages peut être un vrai problème pour les agriculteurs, mais une famille de Saint-Alexandre-de-Kamouraska a décidé, elle, d'en tirer profit en élevant ces animaux. La ferme Les petits régals des bois est l’un des rares élevages de sangliers de pâturage de la province.

Glennis Ouellet et Dave Madore ont commencé l'élevage de sangliers il y a cinq ans avec comme objectif d'en vivre.

De prime abord, c'était de créer mon propre emploi, d'être en famille un petit peu plus. [...] La chaîne était de l'élever, de le commercialiser ici. Puis, de le débiter ici et de l'offrir en petits pâtés plus tard, explique Glennis Ouellet.

Glennis Ouellet, en entrevue.

L'éleveuse de sangliers, Glennis Ouellet

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Le couple a dû tout apprendre sur le sanglier qui a la réputation d'être dévastateur lorsqu'il est en liberté. Il a donc dû sensibiliser les résidents des alentours qui ne perçoivent pas toujours ces bêtes d'un bon œil.

Les gens n'en veulent pas chez eux et puis, c'est compréhensible, soutient Glennis Ouellet.

Les gens malgré tout sont curieux. Ils voient Obélix en manger!

Une citation de :Glennis Ouellet, éleveuse de sangliers

On est considéré comme si on avait des lions dans notre cours. [...] Les producteurs, on est quand même de bons interlocuteurs pour présenter le sanglier comme une bête qui est quand même docile, intéressante à côtoyer et pas si dangereuse que ça, renchérit le président de l'Association des producteurs de sangliers du Québec, Frédéric Poudrette.

Il explique que les normes du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) sont très strictes en ce qui a trait aux élevages de sangliers.

Les clôtures et les grillages doivent respecter des règles précises qui freinent le développement de ces exploitations.

Des marcassins à la ferme de Saint-Alexandre-de-Kamouraska,

Des marcassins dans un enclos

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Pourtant, les élevages de sangliers auraient leur place dans la région, selon Frédéric Poudrette.

Un sol qui est rocailleux, le sanglier va bien s'adapter là-dedans. On est capable d'aller chercher des terres qui ne sont pas cultivables, poursuit-il.

Le Québec compte un peu plus de 720 sangliers d'élevage.

Une entreprise en développement

De son côté, Glennis Ouellet souhaite aménager une boucherie sur son exploitation et développer encore son élevage.

On a un cheptel [composé de] nos 80 bébés nés et [de] ceux qui nous restent des années passées puisque l'on fait de l'engraissement entre 14 et 17 mois, soutient Glennis Ouellet.

Elle ajoute que la chasse aux sangliers pourrait s'ajouter aux activités de la ferme.

On a beaucoup de noms [de personnes] en réserve qui attendent de venir faire la chasse aux sangliers, soutient l'éleveuse.

L'éleveuse espère lancer l'activité l'an prochain, dès qu'elle aura eu l'accord de ses assureurs.

D'après un reportage de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !