•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Laurentienne demande plus de temps pour négocier l'indemnisation de ses ex-employés

Un bâtiment de l'Université Laurentienne.

L'Université Laurentienne est en processus de restructuration financière depuis février.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

L’Université Laurentienne demande plus de temps à la Cour supérieure de l'Ontario pour finaliser la méthode d’indemnisation de ses anciens employés. Avec l’approbation des tribunaux, l’établissement pourrait présenter sa méthodologie lors d’une audience le 17 août.

Bien que le processus de consultation [lié aux indemnisations] est en cours et que des progrès considérables ont été réalisés, le requérant [l’Université Laurentienne, NDLR] et le contrôleur ont besoin de plus de temps pour recevoir des commentaires et tenter de résoudre tout problème, peut-on lire dans l’avis de motion (en anglais) (Nouvelle fenêtre) déposé à la Cour le 23 juillet.

Les avocats de l’établissement devaient présenter la manière dont l’Université allait dédommager financièrement ses ex-employés devant les tribunaux au plus tard le 30 juillet. Ils demandent désormais un report de la date limite pour le 20 août.

Près de 200 employés et professeurs ont été licenciés au mois d’avril par l’Université Laurentienne alors que l’établissement s’est retrouvé face à des difficultés financières sans précédent. L’Université s’est placée à l’abri de ses créanciers et continue son processus de restructuration financière jusqu’en septembre.

Négociations plus longues que prévues

Les avocats indiquent que plusieurs ébauches d'indemnités de départs ont été faites et présentées à l’Association des professeures et professeurs et le Syndicat des employés de l’Université Laurentienne.

Le délai supplémentaire pour finaliser la méthode d’indemnisation permettra d'éviter les retards qui pourraient survenir lors de l’audience finale si des questions n'étaient pas abordées à l'avance dans le cadre de discussions, ajoutent les avocats.

Dans son affidavit, le recteur Robert Haché signale que les progrès ont été plus lents que prévu en raison d'un certain nombre de demandes concurrentes et urgentes imposées aux ressources limitées de l'Université.

Le recteur réitère que l’objectif de l’Université est de convenir d’une méthode d’indemnisation financière en accord avec les syndicats des professeurs et des employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !