•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cartographier le cerveau pour mieux cerner l’Alzheimer

Illustration montrant le cerveau humain.

L’entreprise Imeka a conclu un important partenariat avec la pharmaceutique américaine INmune Bio pour mieux cartographier le cerveau (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Une entreprise de Sherbrooke spécialisée en neuro-imagerie a développé une nouvelle technologie qui permettrait de mieux cartographier l’évolution de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau.

L’entreprise Imeka a conclu un important partenariat avec la pharmaceutique américaine INmune Bio.

Le professeur à l’Université de Sherbrooke et directeur scientifique chez Imeka, Maxime Descôteaux, explique que cette technologie permet de voir si un médicament ou une nouvelle molécule est efficace pour traiter la maladie, sans utiliser de technique invasive.

Cette pharmaceutique cherchait un marqueur qui pourrait montrer l’impact de leur molécule, explique-t-il. Ça fait des années que l’on développe cette technologie. Il y a un volet d’éducation, il fallait les convaincre que ça marche. Tout est basé sur l’IRM. Il n’y a pas d’injection.

La méthode utilisée cible plus particulièrement la matière blanche, soit tout le câblage qui connecte les différentes régions du cerveau entre elles. Avec la maladie, ces câbles peuvent se briser.

C’est très porteur d’espoir. Ça va nous permettre de suivre ce qui se passe dans le cerveau sans ouvrir le cerveau.

Une citation de :Maxime Descôteaux, directeur scientifique chez Imeka

Martin Descôteaux ajoute que les retombées de cette nouvelle technologie sont majeures pour l'avancement de la compréhension de la maladie, mais aussi pour d'autres atteintes cognitives ou dégénératives du cerveau.

Cette technologie pourrait permettre de faire des recherches sur toutes les anomalies du cerveau comme la sclérose en plaques, le Parkinson et même sur les commotions cérébrales, indique-t-il.

Il se réjouit de la signature de ce contrat avec la pharmaceutique américaine.

Ce contrat est énorme. C'est vraiment un contrat qui nous attache pour au moins trois ans avec plusieurs études cliniques et plusieurs phases. L’équipe grandit à Sherbrooke et un peu partout sur la planète, signale Maxime Descoteaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !