•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les autrices canadiennes Mary Lawson et Rachel Cusk en lice pour le Booker Prize

Les deux écrivaines esquissent un sourire.

Les Canadiennes Mary Lawson (à gauche) et Rachel Cusk (à droite) sont en lice pour le Booker Prize 2021.

Photo : gracieuseté CBC

Radio-Canada

Deux Canadiennes, Mary Lawson et Rachel Cusk, font partie des treize personnes en lice pour recevoir le Booker Prize, le prix littéraire le plus prestigieux de la Grande-Bretagne.

Mary Lawson est sélectionnée pour une deuxième fois au prix britannique; en 2006, elle avait été en lice pour son roman L’autre côté du pont. Cette année, c’est A Town Called Solace, qui n’a pas été traduit en français, qui lui vaut les honneurs.

Rachel Cusk est quant à elle en lice pour son psychodrame Second Place, qui n’a pas non plus été traduit en français.

Le Booker Prize, qui sera attribué le 3 novembre, est assorti d'une bourse de 87 000 $. Ce prix récompense depuis 1969 le meilleur auteur ou la meilleure autrice de fiction de langue anglaise du Commonwealth et de la République d'Irlande.

L'écrivaine canadienne Margaret Atwood a remporté deux fois le prix littéraire, dont la dernière fois en 2019 pour son roman Les testaments, la suite de La servante écarlate.

Les treize finalistes du Booker Prize

  • A Passage North, Anuk Arudpragasam
  • Second Place, Rachel Cusk,
  • The Promise, Damon Galgut,
  • The Sweetness of Water, Nathan Harris
  • Klara and the Sun, Kazuo Ishiguro
  • An Island, Karen Jennings
  • A Town Called Solace, Mary Lawson
  • No One Is Talking About This, Patricia Lockwood
  • The Fortune Men, Nadifa Mohamed
  • Bewilderment, Richard Powers
  • China Room, Sunjeev Sahota
  • Great Circle, Maggie Shipstead
  • Light Perpetual, Francis Spufford
Avec les informations de Canadian Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !