•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une initiative sur la sécurité au centre-ville est un succès, dit la province

Deux femmes en T-shirt et en casquette jaune fluo.

Les travailleurs du Partenariat pour la sécurité au centre-ville sont reconnaissables à leurs T-shirts et casquettes jaunes fluo.

Photo : James Turner

Le Partenariat pour la sécurité au centre-ville à Winnipeg est un succès retentissant, affirme le gouvernement du Manitoba. L’an dernier, la province a investi 5 millions de dollars dans le projet qui vise à aider les démunis sans saper les ressources de la police et du service d’incendie.

Un an après l’investissement de la province, l’organisation à but non lucratif a élargi ses partenariats et ses services à la communauté pour créer un centre-ville en meilleure santé, plus sécuritaire et plus connecté, a déclaré, mardi, le ministre de la Justice, Cameron Friesen, en conférence de presse.

Le partenariat public-privé est une collaboration entre la Ville de Winnipeg, True North Sports and Entertainment, la zone d’amélioration commerciale du centre-ville, le Service de police de Winnipeg et d’autres groupes.

Trois équipes fournissent des services aux itinérants et aux autres personnes vulnérables dans le centre-ville de la capitale manitobaine. Elles peuvent prodiguer des premiers soins avancés, effectuer des visites pour s'assurer de leur bien-être ou encore les diriger vers des ressources pour des besoins précis.

Le personnel des trois équipes a effectué plus de 2000 vérifications de contrôle, fourni de l’aide dans une centaine de situations médicales et aiguillé plus de 450 personnes vers des logements. Des services sont offerts 24 heures sur 24.

Moins de pression sur la police, les pompiers et les ambulanciers

Nous voyons des progrès incroyables, a ajouté Cameron Friesen, qui a noté que des données préliminaires montrent une réduction de la demande pour les services de la police et du service d'incendie et de soins paramédicaux dans le secteur au cours de la dernière année.

Ce partenariat assure des interventions et des interactions plus appropriées avec les nombreuses personnes qui demeurent au centre-ville, a-t-il poursuivi, en notant que ces services sont offerts d’une manière que la police ne peut pas offrir.

Plusieurs organisations communautaires et militantes à Winnipeg réclament la réduction ou l’abolition du financement du Service de police de Winnipeg, afin de fournir plus d'argent aux services sociaux, de logement et de santé mentale.

Lors de la conférence de presse, la ministre des Familles, Rochelle Squires, a déclaré qu'elle allait affecter un travailleur au partenariat pour aiguiller des personnes vers des ressources en matière de logement, d’aide au revenu et d’autres services sociaux.

Incertitude autour du financement

Les 50 employés du partenariat sont particulièrement bien adaptés à leur travail, a souligné l’un de ses travailleurs sociaux, Mitch Bourbonnière.

Nous sommes dirigés par des femmes, des personnes autochtones et des personnes issue des minorités. Nous sommes à l'image des personnes que nous aidons. Beaucoup de nos membres ont des expériences vécues et ils comprennent les situations auxquelles ils font face, affirme-t-il.

Ils savent comment ils ont pu guérir et vont le transmettre aux personnes vulnérables, poursuit-il.

Mitch Bourbonnière, qui a 35 ans d’expérience en travail social à Winnipeg, ajoute qu’il croit qu’il s’agit d’une initiative exceptionnelle et de fine pointe.

Mardi, le ministre de la Justice a refusé d’indiquer si son gouvernement allait investir plus d’argent pour assurer la survie à long terme de l’organisme et a suggéré que c’était au tour du gouvernement fédéral de s’impliquer.

J’encourage le gouvernement fédéral à suivre de près cette chose spéciale qui se déroule à Winnipeg, a indiqué Cameron Friesen.

Pour sa part, l’opposition néo-démocrate critique le manque de volonté de la province de dépenser plus d’argent.

C’est dommage de voir que le ministre de la Justice du Parti progressiste-conservateur refuse de répondre à des questions de base sur l'avenir du financement de l’organisme, lance la porte-parole du Nouveau parti démocratique du Manitoba en matière de Justice, Nahanni Fontaine.

Avec les informations de Mohamed-Amin Kehel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !