•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée scolaire : la vaccination des jeunes doit s’accélérer, selon le Dr Moore

Des jeunes assis dans un gymnase et tiennent leur formulaire de vaccination.

Les autorités sanitaires espèrent que plus d'adolescents se feront vacciner avant la rentrée. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les bureaux de santé de l'Ontario redoublent d'efforts en matière de vaccination des jeunes, en utilisant des concours et les médias sociaux.

Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste de la province, a d’ailleurs rappelé dans son point de presse de mardi qu’il s’agissait de la dernière journée pour les jeunes qui n’ont reçu aucune dose d’un vaccin pour être complètement immunisés à la rentrée.

Le Dr Moore a expliqué que la rentrée allait avoir lieu dans 42 jours. Or, 28 jours doivent être comptés entre la première et la seconde dose. De plus, une personne est considérée comme entièrement vaccinée contre la COVID-19 14 jours après l’administration de la seconde dose, ce qui donne un total de 42 jours.

Les jeunes de 12 à 17 ans ont le taux de vaccination global le plus faible de toutes les cohortes d'âge admissibles de la province. Un peu plus de 64 % d’entre eux ont reçu un vaccin et 41 % sont complètement vaccinés.

Barry Pakes, professeur de santé publique à l'Université de Toronto, a lui aussi souligné que le temps presse pour les jeunes avant la rentrée. Selon lui, de nombreuses familles sont occupées par d'autres activités pendant l'été et ne se rendent peut-être pas compte de la situation.

Retourner à l'école normalement [...] c'est vraiment l'objectif principal. Nous devons savoir comment nous y arriverons.

Les responsables du gouvernement ont déclaré viser à reprendre les cours et autres activités en personne dès la rentrée. Les taux de vaccination parmi les étudiants, le personnel et les membres de la communauté éligibles seront d’ailleurs pris en compte.

Des initiatives régionales

Certaines initiatives régionales ont directement visé les plus jeunes. Par exemple, le service de santé publique de Peterborough offre des cliniques sans rendez-vous pour les jeunes et s'est associé aux Petes de Peterborough, l'équipe locale de la Ligue de hockey de l'Ontario, pour encourager les jeunes partisans à se faire vacciner.

La région de York a envoyé des lettres aux familles des zones où le taux de vaccination est faible, personnalisées pour chaque école et comprenant une liste de questions-réponses les plus fréquentes sur les vaccins.

De son côté, le service de santé publique de Peel a permis aux jeunes et aux familles de sauter la queue aux cliniques de vaccination les 21 et 22 juillet, dans le cadre de la campagne Vax to School.

Plusieurs unités de santé utilisent également des campagnes sur les médias sociaux pour rejoindre les plus jeunes.

Dans le comté de Windsor-Essex, environ 55 % des jeunes n'ont reçu qu'une seule dose du vaccin contre la COVID-19.

Le Dr Wajid Ahmed, médecin hygiéniste de la région, a déclaré que l'été est un facteur qui explique la baisse des taux, car certaines familles ne veulent pas que les rendez-vous pour la vaccination ou les effets secondaires possibles perturbent leurs projets de vacances. Il y a aussi des hésitations particulières chez les parents, selon lui.

Dr Wajid Ahmed s'adresse aux médias en parlant dans des microphones placés devant lui.

Le Dr Ahmed espère que plus de jeunes se feront vacciner avant la rentrée. (Archives)

Photo : Amy Dodge/CBC

Certains d'entre eux sont prêts à accepter le vaccin pour eux-mêmes, mais ils pensent que leurs enfants devraient peut-être attendre pour se faire vacciner, a déclaré le Dr Ahmed en entrevue.

L'unité de santé vise à améliorer l'accès au vaccin dans les zones où la vaccination est plus faible en organisant des cliniques éphémères dans les écoles et le centre commercial local. On y ajoute d’ailleurs des concours où des des ordinateurs portables ou des bons d'alimentation peuvent être remportés.

Les récentes cliniques organisées dans les écoles ont eu un taux de participation plus faible que prévu, a déclaré le Dr Ahmed, mais les résultats ont été meilleurs que de ne rien avoir du tout. Il a indiqué qu'il était prévu de réorienter la campagne de vaccination vers les écoles où le taux de vaccination est plus faible en septembre.

Lorsque nous arriverons au moment où les écoles commenceront à ouvrir, nous devrons déployer des efforts plus ciblés dans chacune d'entre elles, a-t-il déclaré.

Le gouvernement n'a pas encore publié son plan de rentrée scolaire, mais le ministre de l'Éducation a déclaré que les taux de vaccination parmi les élèves admissibles, le personnel et l'ensemble de la communauté seront pris en compte.

Le médecin en chef de la province a également souligné l'importance d'une couverture vaccinale élevée chez les jeunes et les jeunes adultes, prédisant que les cas de COVID-19 augmenteront à l'automne, lorsqu'ils se rassembleront à l'intérieur pour des activités sociales et pour les cours.

Les non vaccinés, jusqu’à 20 jours de quarantaine

De plus, le Dr Moore a déclaré lors de son point de presse de mardi que le plan, qui n’a toujours pas été finalisé, comprenait des dispositions différentes quand les gens entrent en contact avec quelqu’un qui a contracté la COVID-19 pour les vaccinés versus les non vaccinés.

Dr Kieran Moore.

Le Dr Kieran Moore a dévoilé une partie du plan de retour en classe lors d'un point de presse mardi. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Si vous avez eu un contact avec une personne qui a contracté la COVID, [...] si vous avez deux doses et que 14 jours se sont écoulés [depuis l’administration de la seconde dose], nous allons vous demander de faire un test de diagnostic. Si le résultat est négatif, vous pouvez retourner directement à l’école. Il s’agit donc d’un avantage incroyable.

Pour ceux qui ne sont pas vaccinés, cependant, les choses se compliquent.

Si vous n’êtes pas immunisés et que vous avez eu un contact [avec une personne infectée], vous ne pourrez pas retourner à l’école avant un minimum de 10 jours. Vous allez devoir passer deux tests de diagnostic : un au tout début, puis un deuxième au jour 7. Si le test au jour 7 est positif, c’est 10 jours de plus à l’écart. Ceci représente un potentiel de 20 jours d’école manqués.

Pas d’objectif chiffré pour le moment

Le gouvernement provincial n'a pas précisé d'objectif pour la vaccination des jeunes d'ici le début des cours.

M. Pakes a déclaré qu'une règle exigeant que les élèves se fassent vacciner pour participer à des activités parascolaires comme les sports et les clubs aiderait ces activités à se dérouler en toute sécurité à l'automne.

C'est vraiment ce qu'il faut faire pour que tout le monde soit en sécurité, a-t-il déclaré.

La reprise des cours est également l'occasion de rendre la vaccination accessible aux étudiants qui ne se sont pas fait vacciner pendant l'été, a-t-il ajouté.

Je pense que [le taux de vaccination] va augmenter et je l'espère vraiment, a-t-il déclaré. Nous devons simplement l'encourager de manière adéquate.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !