•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FSIN demande la démission d'un juge en chef de la Saskatchewan

Le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan, Martel, Popescul à son bureau.

Les propos du juge concernant un document non publié de l’Église Catholique ont fâché la FSIN. (archives)

Photo : CBC / Jason Warick

Radio-Canada

La Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) souhaite la démission immédiate du juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan pour ses propos sur le document d’indemnisation des survivants des pensionnats pour Autochtones.

Dans un communiqué envoyé mardi, le chef de la FSIN, Bobby Cameron, écrit que le juge en chef a n'a pas respecté, honoré et soutenu les survivants, ainsi que leurs descendants.

C’est un parfait exemple du racisme systémique auquel nous sommes confrontés chaque jour, et qui est profondément enraciné dans les institutions canadiennes telles que le système judiciaire, peut-on lire.

Les propos du juge Popescul concernaient la demande de publication d’un document de l’Église catholique contenant des détails sur l’indemnisation des survivants de pensionnats pour Autochtones, qui serait actuellement entreposé à Regina.

En réponse à CBC News, le juge a affirmé que le document ne sera pas fourni tant que la procédure appropriée ne sera pas terminée.

La FSIN ajoute que le document est d’une importance capitale, car il possède des détails non publiés sur 25 millions de dollars de services en nature qui auraient été fournis aux survivants et à des organismes communautaires.

Le juge Popescul a manqué son opportunité de faire une bonne chose, écrit le chef Cameron.

Le document, qui ne fait pourtant pas l’ordre d’une ordonnance de non-publication, sera seulement dévoilé lorsque toutes les parties concernées en auront été notifiées par le juge responsable de l’affaire, Neil Gabrielson. Ce processus pourrait prendre plusieurs mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !