•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé et les changements climatiques à l’ordre du jour en Nouvelle-Écosse

Quatre infirmières dans un corridor d'hôpital.

Les enjeux des soins de santé sont au coeur de cette onzième journée de campagne électorale en Nouvelle-Écosse (archives).

Photo : iStock / Photographerlondon

Radio-Canada

En ce onzième jour de campagne électorale en Nouvelle-Écosse, les libéraux et les progressistes-conservateurs abordent la santé, tandis que les néo-démocrates présentent leur plan pour s’attaquer aux changements climatiques.

Le chef des libéraux, Iain Rankin, promet d’investir plus de 130 millions additionnels en santé s'il forme le prochain gouvernement.

Ce montant s’ajoute au demi-milliard de dollars prévu en santé dans le budget présenté au printemps.

Cet argent servirait entre autres à embaucher plus de médecins. Le bureau de recrutement sera géré directement par le gouvernement et les recruteurs iront à la recherche de candidats partout dans le monde.

Ils seront déployés dans le monde entier pour recruter les meilleurs médecins pour la Nouvelle-Écosse, déclare Iain Rankin, qui souhaite trouver des médecins qui veulent s’installer dans la province et y rester.

Investir en prévention pour désengorger le système de santé

Les progressistes-conservateurs ont aussi parlé de la santé, mardi. Le chef du Parti, Tim Houston, veut mettre l’accent sur la médecine préventive.

Il souhaite investir dans le programme Inspired, pour aider les gens qui souffrent de maladie chronique à mieux prendre soin d’eux.

Montage photographique des trois personnalités.

De gauche à droite : le chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, le chef du NPD de la Nouvelle-Écosse, Gary Burrill, et le chef du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston

Photo : La Presse canadienne

Tim Houston indique qu’il a parlé à des gens qui bénéficient de ce programme existant. Il croit que son plan pourra faire une grande différence.

J’adore ce programme, a-t-il souligné.

Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Pour sa part, le chef du NPD, Gary Burrill a parlé mardi de son plan pour s’attaquer aux changements climatiques.

S’il est porté au pouvoir, son parti veut réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 % sous les niveaux de 1990 dès 2030.

Les néo-démocrates ajoutent vouloir que 90 % de l’énergie consommée en Nouvelle-Écosse en 2030 provienne de sources renouvelables.

D’après un reportage de Rebecca Martel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !