•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les touristes de l’extérieur se font nombreux dans la Vallée-de-l’Or

Un enfant portant un casque regarde le site de la Cité de l'Or à bord d'un petit camion.

Comme dans plusieurs secteurs en Abitibi-Témiscamingue, le manque de main-d'œuvre affecte l'organisation de la Cité de l'Or (archives).

Photo : Marie-Claude Robert

La saison touristique s’annonce fructueuse dans la Vallée-de-l’Or, où les visiteurs de l’extérieur de la région affluent depuis plusieurs semaines.

Les deux principaux attraits de la MRC, soit le Musée minéralogique de Malartic et la Cité de l’Or de Val-d’Or, disent rouler au maximum de leur capacité en cette période fébrile des vacances de la construction.

Si on regarde au niveau des statistiques, c’est évident qu’on voit beaucoup plus de gens de l’extérieur cette année, confirme Jean Massicotte, directeur général du Musée minéralogique. L’an dernier, il faut se rappeler qu’on avait beaucoup d’incertitude au printemps et qu’on avait dû attendre le 2 juillet avant de commencer la saison. Cette année, il faut vraiment que les gens réservent à l’avance, parce qu’on a dû parfois refuser des visiteurs.

Une salle d'exposition avec différents types de roches.

Une salle au musée minéralogique à Malartic.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

À la Cité de l’Or, c’est davantage la pénurie de personnel que la COVID-19 qui ralentit le rythme de la saison touristique. Le site n'est ouvert que du mercredi au dimanche, même si la demande des touristes est très forte.

C’est de valeur de ne pas pouvoir ouvrir sept jours par semaine, parce que ça serait complet tous les jours, déplore le directeur général Guy-Édouard Bouchard. Les téléphones et les courriels entrent constamment. Heureusement, on peut former des groupes un peu plus gros que l’an dernier pour les visites. Ça nous aide. Chose certaine, c’est évident que les Québécois profitent de la pandémie pour visiter leur province.

Cette belle tendance s’observe aussi dans les restaurants, qui bénéficient aussi de l’afflux des touristes de l’extérieur. C’est notamment le cas à la microbrasserie Le Prospecteur de Val-d’Or, qui affiche complet presque chaque soir depuis plus d’un mois.

On voit des gens de pas mal partout au Québec, souligne le copropriétaire Philippe Lord. Nous avions une centaine de personnes hier soir et seulement quatre ou cinq étaient des gens de Val-d’Or. Les autres venaient de Montréal, Laval, Québec ou d’autres régions. C’est une tendance qu’on voyait venir avant la pandémie, mais on constate un très gros bond cette année. On parle moins de l’Abitibi que de la Gaspésie et de la Côte-Nord, mais ce qu’on voit sur le terrain est assez intense.

La porte principale de la microbrasserie Le Prospecteur à Val-d'Or. Un grillage sépare le trottoir de la rue en raison de travaux sur la 3e avenue.

La microbrasserie Le Prospecteur à Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Même si des mesures sanitaires demeurent en place dans les restaurants et les bars, Philippe Lord dit sentir une atmosphère plus détendue avec la baisse des cas de COVID-19 et la campagne de vaccination.

Il y a quelques mois, on devait interdire l’accès aux gens qui venaient des zones rouges. Pour un restaurateur, c’est contre-intuitif et pas super plaisant de refuser des clients. On comprend qu’il y avait des craintes de transporter le virus ici, mais là on sent que l’anxiété a beaucoup diminué. Les touristes se sentent les bienvenus et on les accueille du mieux qu’on peut, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !