•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Repêchage de Logan Mailloux : Justin Trudeau dénonce, malaise chez les commanditaires

Justin Trudeau lors d'une annonce à Moncton.

Le premier ministre Justin Trudeau n'a pas mâché ses mots pour critiquer le choix du Canadien de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ron Ward

Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau estime que l'organisation du Canadien de Montréal a commis une erreur de jugement en repêchant Logan Mailloux, reconnu coupable de crimes de nature sexuelle en Suède.

Se disant très déçu de la décision, Justin Trudeau n’a pas mâché ses mots en répondant aux questions des journalistes sur le sujet, alors qu'il était de passage à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

En tant que fan fini du Canadien, j’avoue que j’ai été très déçu. Je pense que ça a été une erreur de jugement.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Je pense que le club a des explications à offrir aux Montréalais et aux fans à travers le pays, a-t-il ajouté.

Sa sortie fait écho aux quelques commanditaires du CH qui ont prudemment commenté la décision. Autant Desjardins que St-Hubert et Jean Coutu ont exprimé un certain malaise.

Nous avons communiqué avec le Canadien hier pour obtenir des explications et partager notre inconfort par rapport à cette décision, a indiqué Valérie Lamarre, porte-parole de Desjardins, dans un courriel à Radio-Canada mardi. Le réseau des caisses populaires avait d’abord refusé de commenter la situation la veille.

Intact Assurance a également réagi en fin de journée mardi. Par courriel, son porte-parole Louis-André Bertrand a affirmé qu' en tant qu’entreprise guidée par nos valeurs — le respect et l’intégrité étant au cœur de ces valeurs —, nous sommes profondément préoccupés par cette affaire.

Nous avons fait part de nos préoccupations à l’organisation des Canadiens de Montréal et nous attendons de voir les mesures qu'ils prendront, a-t-il ajouté.

La chaîne de rôtisseries St-Hubert s’est pour sa part dite surprise de ce choix.

Nous sommes présentement à analyser la situation quant à notre entente de partenariat avec eux, a précisé la chaîne par courriel, lundi. Nous croyons à la deuxième chance, mais n’est-ce pas un peu tôt?

Nous sommes en réflexion face à la situation, a quant à elle indiqué Catherine Latendresse, chef des communications au Groupe Jean Coutu.

Repêché vendredi, Logan Mailloux avait pourtant exprimé sa volonté de ne pas être sélectionné cette année, étant donné qu'il avait été reconnu coupable l'an dernier d'avoir partagé une photo de nature sexuelle d'une femme sans son consentement.

Les réactions négatives s’accumulent

Des analystes de hockey parlent de la situation du choix de repêchage du Canadien de Montréal.

Le premier tour du repêchage de la Ligue nationale avait lieu vendredi soir, encore une fois virtuellement.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Le Canadien de Montréal a publié un communiqué tentant de justifier cette décision peu après le repêchage, mais l’organisation devrait en dire plus mercredi.

Ray Lalonde, ancien directeur du marketing de l’équipe, voit cette réaction tardive comme un problème.

C’est important de toujours être en amont d’une situation de gestion de crise comme ça, a-t-il soutenu en entrevue à RDI, mardi. Depuis vendredi, la nouvelle a pris de l’ampleur. Ça a dépassé les horizons sportifs.

Les commanditaires doivent avoir une réflexion par rapport à leur philosophie d’entreprise, selon M. Lalonde.

Que feront les commanditaires du Canadien? [Ils vont] prendre la température de l’eau, [et voir] si l’eau est très chaude, ou moyennement chaude, ajoute Bernard Motulsky, titulaire de la Chaire de relations publiques et communication marketing à l’Université du Québec à Montréal.

Frank Pons, doyen de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval, abonde dans le même sens. Il faut penser au message que cela envoie. Quand le premier ministre intervient dans un dossier comme ça pour donner son avis, ce n’est sans doute pas ce qu’une organisation professionnelle veut pour un choix au repêchage.

Une pensée pour les femmes

Ces réactions négatives s’ajoutent à celles d’organismes et de membres de la classe politique québécoise qui ont déjà dénoncé le choix de première ronde du Tricolore. La ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, s’était notamment dite surprise et déçue sur Twitter samedi.

On est dans un mouvement culturel assez particulier, le mouvement #MeToo nous a collectivement sensibilisés. Il faudra plus que des victoires pour oublier ce que ce jeune joueur a fait, a pour sa part affirmé Martine St-Victor,  stratège en communication.

Selon elle, la direction du Canadien avait prévu une certaine tempête, puisque le communiqué de presse semblait prêt dès l’annonce du repêchage, et qu'elle l’a diffusé d'abord et avant tout sur les réseaux sociaux du club.

La meilleure chose maintenant, c’est d’entendre et de s’entourer d’experts, a-t-elle poursuivi à l'antenne de RDI, suggérant à l'organisation de s'entourer de dirigeants et de dirigeantes d’associations qui travaillent avec des femmes victimes de violences sexuelles pour mieux comprendre comment la victime se sent.

Peut-être avaient-ils sous-estimé les partisans du Canadien de Montréal, puisqu’on les entend depuis quelques jours, et la majorité n’est pas contente. Peut-être que le club va revoir sa relation avec les partisans, et les écouter aussi.

Une citation de :Martine St-Victor, stratège en communication, fondatrice, Milagro atelier de relations publiques

Invitée à réagir, Molson Coors, autre partenaire majeur du Canadien, s’est abstenue de commentaires. Molson Coors ne commente pas les activités du Canadiens [sic] de Montréal ou du Groupe CH, même à titre de partenaire publicitaire, a indiqué le porte-parole Frédéric Bourgeois-Leblanc par courriel.

Radio-Canada a également contacté Air Canada, Ford, Coca-Cola, Bell, FedEx, McDonald’s Canada et Sobeys, tous des commanditaires majeurs du Canadien, selon Forbes. Ces entreprises n’avaient pas répondu à nos demandes au moment de publier.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau, Isabelle Laflamme et Jonathan Montpetit

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !