•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet d’expansion : le zoo de Moncton espère accueillir girafes et manchots

Schéma de la salle d'observation de manchots.

Le projet d'agrandissement du zoo de Magnetic Hill comprend notamment un espace pour des manchots.

Photo : Gracieuseté de la ville de Moncton

Radio-Canada

D’ici quelques années, les citoyens et les visiteurs du Nouveau-Brunswick pourraient redécouvrir le zoo de Magnetic Hill avec des animaux d'origine africaine. L'établissement a pour projet d’agrandir ses installations afin d’accueillir de nouvelles espèces, mais il faut pour cela réunir des investissements de plusieurs millions de dollars.

Un plan directeur et une étude de faisabilité d'un agrandissement en trois phases ont été présentés aux conseillers municipaux de Moncton lors d'une réunion d'un comité, lundi. Les conseillers ont exprimé leur soutien aux idées et ont voté pour la poursuite de l'élaboration des plans.

Cinq manchots dans un zoo.

Le projet consiste à agrandir ou à rénover des installations d'expositions d'animaux, puis d'en ajouter pour des espèces telles que le manchot (archives).

Photo : Zoo de Calgary

Les manchots attirent énormément de monde, où que vous alliez, et ce ne serait pas différent, a déclaré Andrew Jordan, consultant chez WDM Architects, qui a participé à l'élaboration du plan directeur.

Plus de visiteurs et plus de revenus espérés

La réalisation du projet coûterait des millions de dollars. Le consultant Zachary Winfield, de Zoo Advisors, estime toutefois que le nombre de visites au zoo augmenterait, et donc les dépenses dans les hôtels, les restaurants et d'autres entreprises locales.

Il s'agit d'une stratégie de croissance importante et significative pour le zoo.

Une citation de :Zachary Winfield, consultant de Zoo Advisors

Avant la COVID-19, le zoo accueillait environ 180 000 visiteurs par an. Selon Zachary Winfield, ce nombre passerait à 230 000 ou, de manière optimiste, à 243 000 si l'expansion est mise en œuvre.

Cependant, le déficit budgétaire du zoo augmenterait. D’après un rapport de la Municipalité, avant la pandémie, l’établissement accusait des pertes de 500 000 $ à 1 million de dollars par an. L'étude de faisabilité estime que cette somme s'élèverait au plus à 1,19 million de dollars par an avec l’agrandissement.

Un zoo ouvert plus longtemps au printemps et à l’automne

Afin de prolonger la durée d'ouverture du zoo au printemps et à l'automne, l'agrandissement comprendrait également davantage d'habitats intérieurs ou de zones d'observation couvertes.

La directrice du zoo de Magnetic Hill, Jil Marvin.

Selon la directrice du zoo Jil Marvin, certains animaux sensibles aux températures plus froides ne peuvent pas rester à l'extérieur pour être exposés, ce qui limite le temps d'ouverture du zoo.

Photo :  CBC / Pierre Fournier

Les dépenses relatives aux éléments existants comprendraient donc l'aménagement d'un plus grand nombre de zones d'observation intérieures ou couvertes, ainsi que la reconstruction de l'installation d'exposition des lémuriens.

Le coût de la première phase, dont l'achèvement est prévu pour 2024, est estimé à 7,6 millions de dollars. Sur ce montant, 4,3 millions de dollars seraient consacrés à des dépenses relatives à des éléments existants du zoo et 3,3 millions de dollars à de nouveaux éléments.

Un parc safari et une zone océanique

Les nouveaux éléments comprendraient un bâtiment d'exposition des manchots avec des zones permettant aux gens de les observer en train de nager.

Un schéma de cet aménagement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La deuxième phase comprendrait un parc safari avec un véhicule qui traverserait un grand habitat où se trouveraient des élans, des zèbres, des koudous et d'autres animaux à sabots.

Photo : Gracieuseté de la ville de Moncton

La deuxième phase prévoit également la construction d'installations d'exposition de loutres et de flamants roses, ainsi qu'un bâtiment sur le thème des rivières et des océans. Elle devrait coûter 11,2 millions de dollars et pourrait être achevée en 2027.

Une troisième phase, quant à elle, n'a pas été chiffrée dans le plan directeur et n'a pas d'échéancier prévu. Elle mettrait en vedette la girafe, le lycaon, le singe Colobe, le potamochère.

Schéma de l'aménagement avec un enclos pour les girafes. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le projet comprend un bâtiment d'exposition de girafes et d'autres espèces.

Photo : Gracieuseté de la ville de Moncton

Le personnel vérifiera si le projet peut recevoir un financement provincial et fédéral.

Un projet soutenu par la ville de Moncton

L'étude a débuté en 2019. Elle était censée être présentée au conseil municipal en mars 2020, mais cela a été retardé par la pandémie.

Le maire adjoint de Moncton, Charles Léger, estime qu’il est temps d’investir.

Je suis heureux de voir cela, parce que je pense que c'est un atout pour le Nouveau-Brunswick et les provinces de l'Atlantique.

Une citation de :Charles Léger, maire adjoint de Moncton

Le personnel municipal doit produire une étude économique plus approfondie du projet pour les conseillers municipaux. Les estimations de coûts détaillées devront également être présentées cet automne, au moment des délibérations sur le budget 2022 de la Ville de Moncton.

Par ailleurs, près de sept employés supplémentaires devraient être embauchés à temps plein d'ici 2029 dans le cadre de l'expansion proposée.

D'après un reportage de Shane Magee de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !