•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation critique dans les hôpitaux dénoncée par les infirmières

Stéphanie Goulet et des infirmières devant l'urgence d'un hôpital.

La présidente des relations de travail pour la FIQ au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Stéphanie Goulet, a répété plusieurs fois que «le TSO tue le réseau».

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Radio-Canada

Des infirmières du CIUSSS de l’Estrie-CHUS sont sorties devant l’établissement pour dénoncer des conditions de travail qu’elles jugent trop exigeantes.

Elles ont de nouveau dénoncé la situation critique dans certains secteurs des hôpitaux de l'Estrie et que le plan de contingence mis en place par le CIUSSS pour l'été ne suffit pas.

Les infirmières estiment qu'il est désormais impossible d'offrir des services de qualité dans l'ensemble du réseau puisque les conditions de travail sont trop exigeantes.

Plusieurs infirmières ont livré des témoignages percutants lundi devant leur lieu de travail, à Sherbrooke.

Nous vous demandons le respect. Je demande aux gens qui sont capables de prendre des décisions de le faire et d’arrêter de se fermer les yeux, a déclaré une infirmière Stéphanie Dion qui a pris la parole devant l’établissement.

Le travail prend toute la place. Il envahit nos vies au détriment de nos familles, de nos enfants, de notre santé psychologique et physique.

Une citation de :Stéphanie Goulet, présidente des relations de travail pour la FIQ au CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Certaines craignent de faire des erreurs médicales ou de conduire après un quart de travail de peur de s’endormir au volant.

Temps supplémentaire obligatoire

Le temps supplémentaire obligatoire (TSO) a été décrié par les infirmières. Elles déplorent le fait que des quarts de travail soient laissés vacants pour être comblés par des heures supplémentaires.

Elles avancent qu’entre le 18 juillet et le 14 août dans l’horaire des infirmières et infirmières auxiliaires du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, 3537 quarts de travail n’étaient pas comblés, alors que le taux d’occupation à l’urgence dépasse la capacité d'accueil.

Lucie Landry, vice-présidente inhalothérapeute du Syndicat, a aussi soutenu que la santé des patients était en jeu.

Dans un communiqué, la CIUSSS de l'Estrie-CHUS dit qu'il entend le cri du cœur du syndicat des professionnels en soins des Cantons-de-l'Est.

Le CIUSSS indique être préoccupé par la situation, mais assure que les soins demeurent sécuritaires.

Il ajoute que des actions sont mises en place pour diminuer le plus possible le recours aux heures supplémentaires obligatoires.

D’après les informations d’Alexis Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !