•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tué après une altercation au supermarché : les policiers blanchis

Un véhicule de la Police provinciale de l'Ontario et une voiture devant une épicerie.

Selon la Police provinciale de l'Ontario, l'homme a attaqué deux employés du supermarché avant de prendre la fuite. (Archives)

Photo : CBC

Radio-Canada

L’Unité des enquêtes spéciales (UES) ne portera pas d’accusations contre les policiers qui ont tué par balles un homme de Haliburton quelques heures après une dispute en lien avec le port du masque.

L’incident a eu lieu en août 2020. Un homme de 73 ans a été abattu lors d'un échange de coups de feu l'été dernier.

L'usage de la force par les agents - qui ont fait feu sur Leslie Hegedus - était raisonnable et proportionné, car l'homme de Haliburton, en Ontario, avait déjà agressé plusieurs personnes et tiré sur la police avec un fusil, peut-on lire dans le communiqué de la police.

Selon l’UES, la fusillade est l'aboutissement d'une série d'événements qui ont commencé le matin du 15 juillet 2020, lorsque Leslie Hegedus est entré sans masque dans un magasin de Minden, en Ontario, et a agressé deux employés qui l'ont confronté.

L'unité affirme qu'il a ensuite conduit son véhicule en direction d’employés rassemblés à l'extérieur du magasin, puis a pris la fuite.

L'organisme de surveillance affirme que la police a brièvement poursuivi le véhicule, mais a ensuite décidé de se rendre au domicile de l’homme après avoir trouvé l'adresse liée à sa plaque d'immatriculation.

Dans le communiqué, on affirme que Hegedus était caché dans les buissons et a fait feu deux fois sur l'un des officiers, ce qui a incité ces derniers à se mettre à l'abri et à appeler à l'aide.

Les renforts sont ceux qui ont été impliqués dans la fusillade.

L'un d'eux a repéré une silhouette dans les buissons et a demandé à cette personne de montrer ses mains.

Selon l'agence, Hegedus a tiré sur l'un d'entre eux avec son fusil, et les deux agents ont ouvert le feu en réponse.

Il a été touché trois fois. Une de ces balles l’a blessé dans le dos du côté droit, et cette blessure a été déterminée comme étant la cause de la mort.

Il ne fait guère de doute que M. Hegedus avait l'intention de tuer des policiers, a écrit le directeur de l'UES, Joseph Martino, dans son rapport sur l'incident.

La vie des officiers était en grave danger et ils ont agi de manière raisonnable et proportionnée, selon moi, en recourant à leur propre force létale.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !