•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dryden se sépare de sa police et signe un contrat avec la PPO

Un bâtiment municipal.

Le poste de la police municipale de Dryden. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Radio-Canada

La Ville de Dryden, dans le Nord-Ouest de l’Ontario, remplacera sa police locale par la Police provinciale de l’Ontario (PPO). Il s’agissait d’une des deux dernières villes de la région, dont Thunder Bay, qui utilisaient jusque-là un service de police municipal.

La résolution, portée devant le conseil municipal lundi soir, a été adoptée avec un vote de six pour et un contre.

Avec l'évolution du crime organisé, les drogues dures et d'autres problèmes sociaux, il devient évident qu'un service de police local ne peut plus répondre aux besoins de façon rentable, a argumenté le conseiller Norm Bush.

Ce dernier indique que les crimes graves ont augmenté de 44 % à Dryden ces dernières années et qu'il est nécessaire pour la sécurité de la municipalité de signer un contrat avec la PPO, qui fournira cinq officiers supplémentaires.

Le coût moyen du service de police de Dryden par habitant est l’un des plus élevés par rapport à d'autres collectivités comme Fort Frances et Kenora, peut-on lire dans un rapport (en anglais) commandé le mois dernier par la Ville (Nouvelle fenêtre) pour comparer les coûts et avantages des deux forces policières.

Une transition du service de police local vers la PPO permettrait d’économiser 9 millions de dollars sur 15 ans. Toutefois, la Ville pourrait attendre neuf ans avant de constater les premières économies faites en choisissant la PPO, indique le rapport comptable préparé par la firme MNP.

En mai 2019, le conseil municipal de Dryden avait refusé de signer un contrat avec la PPO. Plusieurs conseillers, déjà en poste lors du précédent vote, ont souligné que les finances actuelles de la Ville permettaient désormais la transition vers le service de police provinciale.

Un conseiller réfractaire

Le conseiller Shayne MacKinnon, le seul à avoir contesté la résolution, souligne que le prix donné par la PPO n'est qu'une estimation et non une garantie. Est-ce qu'il arrive qu'une facture soit plus importante qu'une estimation? Oui.

Le conseiller craint que la municipalité n'ait plus le contrôle sur ses dépenses en matière de service policier.

C'est définitivement un choix politique. Si le conseil pense que c'est la meilleure chose à faire pour la communauté, c'est à eux que revient la décision finale, déclare Doug Palson, chef de la police de Dryden.

Selon lui, le service de police local est tourné vers la communauté alors que la PPO a un service régionalisé.

Les habitants de Dryden étaient quant à eux divisés sur la possible transition du service de police local vers la PPO, selon un sondage en ligne (en anglais) (Nouvelle fenêtre). Seulement la moitié des 330 répondants était favorable à une telle transition.

Le Service de police de Dryden compte environ 20 agents et quatre civils et il a été créé en 1910.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !