•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux assouplissements bénéfiques pour les restaurateurs, pas pour les festivals

Sur scène, derrière les artistes, la vue sur les personnes qui se tiennent debout dans des enclos séparés.

Le groupe Clay and Friends au Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue, en 2020

Photo : Dominic Mc Graw

Radio-Canada

Les assouplissements annoncés ce lundi par le gouvernement du Québec pourraient avoir bien peu d'effets sur les festivals à venir en Abitibi-Témiscamingue.

Le 1er août, les consommateurs auront une heure de plus pour commander de l'alcool dans les bars et les restaurants. Les festivals seront autorisés à augmenter leur capacité d'accueil.

La capacité d'accueil augmente à 15 000 personnes au maximum pour un festival à l'extérieur et à 7500 personnes dans une grande salle dès le 1er août.

Or, la distance à respecter entre les festivaliers n'est pas abaissée.

C'est le problème que soulève Magali Monderie-Larouche, directrice générale du Festival de musique émergente. Pour l’instant, il n’est pas prévu d’offrir davantage de billets au FME.

La superficie de 2 mètres carrés par personne admise est obligatoire. La presqu’île du lac Osisko et les salles où les spectacles auront lieu du 2 au 5 septembre sont déjà utilisées à leur plein potentiel.

The Offspring au festival Osisko en lumière de Rouyn-Noranda.

La scène d'Osisko en lumière (archives)

Photo : Radio-Canada / Félix B. Desfossés

Le directeur général du festival Osisko en lumière, Frédéric Roy Hall, est également d'avis qu'il n'y aura pas davantage de billets libérés.

Avec le nombre de mètres carrés demandés par personne sur un site, trouver un lieu d'accueil qui peut accueillir plus de 2000 personnes en Abitibi, où il y a aussi de l'électricité, pour ne pas utiliser un champ de ferme, c'est extrêmement difficile. Je n'en connais pas personnellement. Donc, c'est surtout le nombre de mètres carrés demandés par personne, la distanciation sociale, qui rend ça difficile. De notre côté, effectivement, c'est dans une semaine et demie. Si on voulait changer la formule du tout au tout, on ne pourrait pas. Ce ne serait pas fonctionnel, on n'aurait pas le temps de commander tout le matériel ou de réaliser tout pour le faire, dit-il.

Frédéric Roy-Hall ajoute qu'il ne serait pas réaliste de trouver en si peu de temps les bénévoles et la sécurité supplémentaires pour un public plus nombreux.

Des répercussions sur les bars et les restaurants

Dès le 1er août, les clients de restaurants, bars et microbrasseries auront une heure de plus pour commander de l’alcool. L’heure permise pour servir de l’alcool passera de minuit à 1 heure du matin.

La propriétaire du Bar Bistro-L'Entracte à Val-d'Or, Louiselle Blais, pense que cette heure pourrait améliorer un peu les choses.

Un bâtiment en coin de rue abritant un restaurant et un cinéma.

Louiselle Blais aurait toutefois aimé qu'un tel assouplissement soit annoncé plus tôt (archives).

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

C’est sûr que ça aurait été préférable au début de l’été, parce que c’est sûr qu’à partir du mois d’août, on sait que le retour à l’université et tout ça commence à se faire sentir. Je ne sais pas si vraiment ça va avoir un impact si important. Mais tant mieux, c’est quand même un semblant de retour à la normale de plus en plus, relate-t-elle.

À Amos, le propriétaire du Bar chez Frid, du O'shack, de La P'tite Grenouille et de l'Hôtel Queen se réjouit de l'annonce. Nous sommes très contents du changement d'heure, cela nous rapproche de plus en plus d'un retour à la normale, répond Vincent Marcoux.

La possibilité de consommer de l’alcool plus tard dans les bars et les restaurants aura un effet sur les festivaliers d’Osisko en lumière, selon le directeur général Fréréric Roy Hall.

Les gens après notre festival vont peut-être pouvoir aller profiter d'un peu de temps au centre-ville, supporter les commerçants et finir la soirée un peu plus longtemps sans être à la course, dit-il. C'est quelque chose que j'apprécie beaucoup, quand on est capable de vraiment amener les gens au centre-ville et que ces gens-là puissent en profiter. C'est sûr qu'Osisko en lumière a un réel impact économique quand il est présent. Donc, de ce point de vue là, ça me réjouit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !