•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rivière aux Cerises de Magog victime de son succès

Marais-de-la-rivière-aux-cerises avec vue sur le Mont Orford

Le marais de la rivière aux Cerises de Magog subit une dégradation de son milieu en raison d'un fort achalandage.

Photo : Radio-Canada / Annie Corriveau

Radio-Canada

La rivière aux Cerises, située à Magog, est victime de son succès. L'endroit est tellement populaire qu'une dégradation du marais a été constatée par l'association qui œuvre à le protéger.

C'est surtout par beau temps que la rivière est prise d'assaut par les amateurs de sports nautiques. L'Association du Marais-de-la-Rivières-aux-Cerises (LAMRAC) indique même qu'elle se transforme littéralement en autoroute, ce qui entraîne une pression très importante sur le milieu.

En une heure, le week-end dernier, on a comptabilisé 88 embarcations sur la rivière, a indiqué à Vivement le retour la directrice du LAMRAC, Laura Dénomée Patriganni. Cette affluence est trop importante pour le marais, qui n'arrive plus à maintenir un écosystème en santé.

L'Association rapporte de nombreux signes de la détérioration, comme des herbes et des plantes aquatiques arrachées et des berges érodées. Il serait plus difficile d'observer la faune du marais, stressée par le nombre de visiteurs. Plusieurs cadavres de poissons ont aussi été observés, ainsi que des déchets, comme des masques.

Nénuphares au soleil couchant

L'écosystème du marais de la rivière aux Cerises est mis à rude épreuve en raison de l'achalandage sur ses eaux.

Photo : Radio-Canada / Marie-Claude Lyonnais

L'Association déplore également que plusieurs visiteurs ne respectent pas la réglementation, comme le port de la veste de flottaison et l'interdiction de boire de l'alcool sur son embarcation. Certains circulent en écoutant de la musique très forte, ou en utilisant une embarcation à moteur, ce qui n'est pas permis.

Le président de LAMRAC, Claude Boucher, rappelle aux utilisateurs qu'il est important d'adopter des comportements responsables en respectant la réglementation en vigueur.

Par exemple, les plaisanciers doivent rester dans le chenal principal, demeurer dans leur embarcation, ne pas s'approcher la faune de trop près, ne pas utiliser d'embarcation à hélices ou à pédalier, et sont priés de rapporter leurs déchets.

Des discussions sont en cours avec la Ville de Magog pour mettre sur pied une patrouille de sensibilisation en kayak, ainsi que des bouées de renseignements et des panneaux de signalisation. Le tout pourrait être en fonction l'été prochain.

La rivière aux Cerises a une distance d'un peu plus de 7 km.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !