•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d’envoi du Festival Haïti en folie, qui fête ses 15 ans

Montage de photos individuelles de Fabienne Colas, de Dany Laferrière, de Valérie Plante, d'Isabelle Racicot et d'Alexandra Diaz.

Fabienne Colas (à gauche), présidente et fondatrice du festival, recevra Dany Laferrière, Valérie Plante, Isabelle Racicot et Alexandra Diaz lors des Apéros SAQ, où chacune des personnalités invitées discutera de son rapport à la culture haïtienne en dégustant un cocktail typique du pays.

Photo : Site web du Festival Haïti en folie

Radio-Canada

Alors qu’Haïti compose toujours avec les bouleversements entourant l’assassinat du président Jovenel Moïse, le Festival Haïti en folie débute lundi à Montréal. Fabienne Colas, présidente et fondatrice du festival, souligne que la situation dans son pays natal ne sera pas ignorée et que la programmation a été modifiée en conséquence.

En entrevue avec Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à Tout un matin, Fabienne Colas n’a pas caché sa fierté de célébrer cette année le 15e anniversaire du Festival Haïti en folie. On a porté ce bébé ensemble à bout de bras. Je partage aussi ça avec le public, qui a été là depuis le début, parce que sans public, on ne peut rien faire d’aussi grandiose, a-t-elle affirmé.

Celle qui a également fondé le Festival international du film black de Montréal se rappelle les débuts modestes du Festival Haïti en folie, en 2007. Ça a commencé avec une petite soirée au Théâtre de Verdure, où on avait un spectacle et un film. En 2020, on a eu 1 250 000 festivaliers en ligne pendant la pandémie.

En 15 ans, l'événement est devenu le plus important festival pluridisciplinaire entièrement consacré à la culture haïtienne en dehors d’Haïti. Ça a tellement été populaire qu’on a lancé le festival à New York il y a quelques années, donc ça a fait des petits, a déclaré Fabienne Colas.

Des célébrations sur fond de tensions en Haïti

Cette année, en plus de la pandémie de COVID-19, un autre événement est venu assombrir les perspectives de célébrations de la diaspora haïtienne montréalaise. Le 7 juillet dernier, après un seul mandat à la tête du pays, le président d’Haïti Jovenel Moïse a été assassiné chez lui par un commando armé.

Bien qu’un nouveau gouvernement ait été formé mardi dernier, avec à sa tête le premier ministre Ariel Henry, le pays panse encore ses plaies et l’instabilité y règne toujours. L’assassinat de Moïse était un énième événement tragique pour la petite île des Antilles.

Le Festival Haïti en folie, ça se passe à Montréal, mais le cœur et le poumon du festival, c’est Haïti.

Une citation de :Fabienne Colas, présidente et fondatrice du Festival Haïti en folie

C’est incroyable. On était en train de préparer l’annonce de la programmation la journée même où on a appris qu’il y a eu assassinat du président haïtien, affirme Fabienne Colas. On a dû tout mettre ça on hold pour pouvoir comprendre ce qui se passait et mesurer l’ampleur des choses.

Mme Colas et son équipe ont notamment décidé d’annuler le traditionnel Défilé Rara, qui déferle normalement dans les rues de Montréal lors du festival. Ce n’était pas vraiment le temps de déambuler en plein air, en train de chanter et de danser, explique-t-elle.

On a ajouté un spectacle gratuit en ligne. On a un peu remanié les choses pour que l’esprit de cette programmation célèbre Haïti et montre que le pays est encore debout, en toute solidarité, mais surtout pour montrer qu’on n’est pas indifférents à ce qui se passe.

Célébrer les 35 ans de carrière de Dany Laferrière

Pour résumer la situation et justifier la tenue de célébrations, Fabienne Colas a cité Dany Laferrière : Quand tout tombe en Haïti, la culture reste.

La programmation du festival fera d’ailleurs une place particulière à l’écrivain d’origine haïtienne, alors qu’il célèbre ses 35 ans de carrière. Il a toujours été là depuis le début, depuis la première année du festival. Il n’en a pas manqué une, que ce soit en tant que conférencier, porte-parole, panéliste, président d’honneur ou simple festivalier. On est très fiers de le célébrer, a expliqué Mme Colas.

En plus d’un apéro-causerie avec le membre de l’Académie française, qui sera transmis en direct sur Facebook le 27 juillet, le festival lui consacre une grande projection architecturale qui sera diffusée sur l’édifice de la Grande Bibliothèque tous les soirs de 21 h à 23 h. La projection offrira un voyage dans son esprit riche et coloré à travers un mélange de récits et d’images tirées de ses 33 œuvres.

Le Festival Haïti en folie se poursuit jusqu'au 1er août.

Avec les informations de Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l'émission Tout un matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !