•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis maintiennent leurs frontières fermées aux voyageurs internationaux

Des avions posés au sol.

La fermeture des frontières américaines est vivement critiquée par les professionnels du tourisme en Europe, mais aussi par le patronat américain.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Radio-Canada

En dépit de demandes de réciprocité, exprimées, entre autres, par les Européens, Washington ne lèvera pas dans l'immédiat les restrictions de voyage imposées aux voyageurs des autres pays, a indiqué lundi la Maison-Blanche.

Étant donné où nous en sommes aujourd'hui [...] avec le variant Delta, nous allons maintenir les restrictions de voyage existantes à ce stade-ci, a déclaré lundi la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, qui a cité le nombre croissant de cas de coronavirus aux États-Unis et à l'étranger.

Sous l'impulsion du variant Delta, les cas augmentent chez nous, en particulier chez les personnes non vaccinées, et ils semblent en voie de continuer à augmenter dans les semaines à venir, a-t-elle expliqué.

Les États-Unis interdisent à l'heure actuelle l'accès à leur territoire à la plupart des non-Américains qui ont séjourné dans les 26 pays européens de l'espace Schengen, au Royaume-Uni, en Irlande, en Chine, en Inde, en Afrique du Sud, en Iran ou au Brésil au cours des 14 derniers jours.

Les pays de l'Union européenne, qui ont pour leur part décidé de rouvrir leurs propres frontières aux Américains en juin, à condition qu'ils soient vaccinés contre la COVID-19 ou présentent un test négatif, espéraient une réciprocité.

L'administration Biden a ainsi résisté aux pressions de ses partenaires européens, mais aussi à celles des compagnies aériennes et de l'industrie touristique américaines, qui espèrent la levée des restrictions avant la fin de la période estivale.

La semaine dernière, le département américain de la Sécurité intérieure avait déjà indiqué que les frontières terrestres avec le Canada et le Mexique resteraient fermées pour les voyages non essentiels au moins jusqu'au 21 août, au grand dam des commerçants américains près de la frontière nord, qui attendent avec impatience le retour des touristes canadiens.

Le Canada a pourtant de son côté décidé d'autoriser l'entrée de touristes américains pleinement vaccinés à partir du 9 août.

Un poste frontalier fermé entre les États-Unis et le Canada.

Les frontières terrestres entre le Canada et les États-Unis sont fermées depuis mars dernier.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

L'enjeu de l'ouverture des frontières américaines avait été soulevé par la chancelière allemande Angela Merkel lors de sa rencontre avec le président Joe Biden, il y a une dizaine de jours. Le processus est en cours, avait affirmé le président américain lors de leur conférence de presse conjointe, avant de préciser qu'il serait en mesure de répondre à cette question dans les prochains jours.

Depuis, le nombre de cas de COVID-19 a cependant bondi aux États-Unis. Jeudi dernier, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont fait état d'une hausse de 53 % par rapport à la semaine précédente en ce qui a trait à la moyenne sur sept jours.

Découvert en Inde, le variant Delta, le plus contagieux depuis l'éclatement de la pandémie, représente désormais plus de 80 % des nouveaux cas aux États-Unis.

Le président Joe Biden et son administration, mais désormais également un nombre grandissant de responsables républicains, multiplient les appels pour relancer un processus de vaccination qui a ralenti pendant l'été.

Les premières restrictions liées au coronavirus imposées par les États-Unis, en janvier 2020, visaient la Chine, mais elles avaient par la suite été progressivement étendues à d'autres pays. Les voyageurs en provenance de l'espace Schengen, du Royaume-Uni et d'Irlande ne peuvent plus entrer aux États-Unis depuis mars 2020.

Un assouplissement des restrictions en septembre?

Au début du mois dernier, Washington avait annoncé la constitution de groupes de travail avec le Canada, le Mexique, l'Union européenne et le Royaume-Uni sur la question des voyages internationaux, ce qui laissait espérer un assouplissement des restrictions.

Selon Reuters, les industries aérienne et touristique américaines pourraient devoir attendre jusqu'en septembre ou même plus tard une éventuelle révision.

L'administration Biden a refusé de proposer des paramètres qui permettraient de savoir quand elle lèvera les restrictions. Elle n'a pas davantage indiqué si elle supprimerait les restrictions ciblant les pays ou si elle favoriserait plutôt la surveillance des voyageurs.

Reuters a rapporté la semaine dernière que la Maison-Blanche discutait de la possibilité d'imposer l'administration de vaccins aux visiteurs internationaux, mais aucune décision n'a été prise, ont déclaré des sources de l'agence de presse. Cette possibilité serait toujours à l'étude.

L'administration Biden a également discuté récemment avec les compagnies aériennes américaines de la possibilité de mettre en place un système de recherche des contacts internationaux des passagers avant de lever les restrictions de voyage.

Les restrictions ont suscité de vives critiques de la part des personnes empêchées de voir leurs proches dans d'autres pays, et la Maison-Blanche a exprimé son désir de réunir les familles séparées.

Les États-Unis multiplient par ailleurs les avertissements à leurs ressortissants tentés de voyager à l'étranger. Après avoir déconseillé il y a une semaine de se rendre au Royaume-Uni, les CDC ont notamment ajouté lundi le Portugal et l'Espagne à la liste des destinations à éviter.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !