•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erin O'Toole peut-il décrocher la première victoire conservatrice à T.-N.-L. en 10 ans?

Erin O'Toole.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, était de passage à Saint-Jean (T.-N.-L.), lundi, dans le cadre d'une tournée pancanadienne.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Dix ans après l'élection du dernier député conservateur à Terre-Neuve-et-Labrador, Erin O’Toole affirme que sa formation pourra « absolument » remporter des circonscriptions dans la province lors des prochaines élections fédérales.

De passage à Saint-Jean, lundi, le chef du Parti conservateur du Canada s’est dit optimiste face à la possibilité du déclenchement d'élections.

Absolument, oui. On a des candidats et candidates extraordinaires et prêts pour gouverner, a-t-il affirmé.

La formation d’Erin O’Toole n’a pas remporté de circonscriptions à Terre-Neuve-et-Labrador depuis 2011, quand Peter Penashue a été élu au Labrador et que le gouvernement de Stephen Harper est devenu majoritaire. Les six députés libéraux actuels se représenteront au prochain scrutin, qui s'annonce vraisemblablement bientôt.

Pourtant, M. O’Toole se qualifie de seul leader fédéral qui soutient le pétrole extracôtier, un secteur clé pour l’économie terre-neuvienne, en rappelant que son parti propose de transformer le programme fédéral de stabilisation fiscale pour venir en aide aux provinces productrices de pétrole, telles que Terre-Neuve-et-Labrador.

Son parti estime que les réformes qu'il propose, qui seraient rétroactives à 2015, pourraient apporter d’un coup environ 70 millions de dollars au gouvernement provincial.

Les conservateurs souhaitent supprimer la limite du montant de l’aide octroyée aux provinces en vertu du programme. Ils soutiennent que les modifications proposées pourraient protéger le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador contre de futures perturbations du prix du pétrole.

Une entente sur Muskrat Falls?

Erin O'Toole veut aussi arriver à une entente avec le gouvernement provincial pour éviter que la facture du mégaprojet hydroélectrique de Muskrat Falls fasse doubler les tarifs d’électricité des consommateurs.

Les négociations entre Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador se poursuivent, et le premier ministre libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, a indiqué dans un message sur Twitter (Nouvelle fenêtre), lundi, que les négociateurs ont travaillé pendant la fin de semaine pour arriver à un accord. Il répète depuis des mois qu’une entente pour restructurer les finances du mégaprojet doit être conclue d’ici le mois d’octobre.

Je vais être un partenaire pour les provinces, pas un paternaliste comme M. Trudeau, a déclaré M. O'Toole en conférence de presse, lundi. Ça, c’est la différence entre M. Trudeau et moi, je vais être un fighter pour les gens d’ici.

La pente n'est pas douce

Un politologue à l’Université Saint-François Xavier, Yvon Grenier, croit qu’Erin O’Toole a du pain sur la planche s’il veut convaincre les électeurs des provinces de l’Atlantique de voter conservateur. À l’heure actuelle, des 32 sièges à Terre-Neuve-et-Labrador et dans les Maritimes, les conservateurs n’en détiennent que 4.

On se souviendra que les libéraux en 2015 ont gagné tous les sièges dans la région atlantique, rappelle-t-il. La région atlantique est probablement le château fort des libéraux présentement. Alors, il va devoir attaquer les libéraux et la feuille de route des libéraux et, en même temps, avoir un peu plus l’air d’un progressiste-conservateur que du O’Toole qui était récemment en Alberta et qui, là, sonne un peu plus comme Harper.

Yvon Grenier souligne cependant qu’il existe de vraies assises conservatrices dans la région […] et toutes les provinces ont eu des gouvernements conservateurs. Déjà, le parti a nommé son candidat dans cinq des sept circonscriptions de Terre-Neuve-et-Labrador.

Ce n’est pas comme le NPD au Québec, par exemple. Il n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe. Il y a des organisations conservatrices dans chaque province. Donc, il va être bien reçu, explique-t-il. Mais la pente n’est pas douce, il a beaucoup de travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !