•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Enfant-Jésus perd de nouveau la tête

La statue de l'Enfant-Jésus, dressée devant l'église Sainte-Anne-des-Pins à Sudbury.

La statue de l'Enfant-Jésus, dressée devant l'église Sainte-Anne-des-Pins à Sudbury, est de nouveau vandalisée.

Photo : Radio-Canada / Marianne Dépelteau

Marianne Depelteau

La statue de Marie et de l'Enfant-Jésus, dressée devant l'église Sainte-Anne-des-Pins à Sudbury, est de nouveau vandalisée. Ce n’est pas la première fois que l'Enfant-Jésus est décapité, et l’église en a assez.

Le président du conseil d’administration de l’église, Michel Chrétien, affirme que la tête a été volée la fin de semaine du 19 juin et qu'une femme l'a ramenée à l'église le 21 juin. C'est d'ailleurs la deuxième fois que cet incident se produit en près de six ans.

L’installation de caméras de surveillance, d’enseignes et d’autres mesures de prévention n’a apparemment pas suffi à prévenir les dégâts. En ce moment, on ne veut pas réparer la statue, parce que l’on considère la possibilité d’entourer le terrain de l’église par une clôture, dit-il. 

Selon M. Chrétien, les actes de vandalisme sur le terrain de Sainte-Anne-des-Pins ont augmenté ces dernières années. Il y a des dommages au presbytère, on ramasse continuellement toutes sortes de débris, souvent laissés par des personnes itinérantes, raconte-t-il.

Il insiste sur le fait qu’avec les constantes trouvailles d’aiguilles, la disparition de la tête de l'Enfant-Jésus n’est pas leur problème le plus inquiétant.

L'affiche de surveillance et la boîte à aiguilles sur le côté de l’église Christ the King à Sudbury.

L’église Christ the King, située à côté de l'église Sainte-Anne-des-Pins, a installé des caméras de surveillance et une boîte à aiguilles sur le côté de son bâtiment.

Photo : Radio-Canada / Marianne Dépelteau

M. Chrétien demande un appui de la Ville pour garder les lieux en sécurité. Il ajoute que l’église appelle la police régionale chaque fois qu’il y a des dommages, mais que ce n’est jamais très concluant. La police de Sudbury n'a d'ailleurs pas ouvert d'enquête sur le vol de la tête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !