•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux de forêt : plusieurs milliers d'Autochtones risquent d'être évacués

Vue aérienne d'un feu de forêt.

Un feu de forêt près de Red Lake, dans le Nord-Ouest de l’Ontario

Photo : ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario

Radio-Canada

Le feux de forêt pourraient forcer l’évacuation de 5000 membres additionnels de communautés autochtones du Nord-Ouest de l’Ontario si « les conditions [météorologiques] instables » se poursuivent, selon les prévisions du gouvernement ontarien.

Ce nombre a été dévoilé lundi matin au cours d'une séance d’information à laquelle ont été conviés les médias.

Les représentants du gouvernement soulignent que même s’il y a eu de la pluie, ce n’est pas assez pour avoir un impact significatif sur les feux et la fumée visibles en ce moment.

L’agente d’information du ministère des Richesses naturelles et des Forêts, Isabelle Chenard, atteste l’instabilité de la météo des derniers jours, soulignant par exemple qu’une accélération de la vitesse des vents puis un rebondissement des conditions propices au comportement des incendies a provoqué dimanche le déclenchement de 14 nouveaux feux dans le nord-ouest ontarien.

Lundi soir, la province a confirmé 18 nouveaux feux, tous dans le Nord-Ouest.

Feux importants :

  • Red Lake 65 : superficie de 17 598 hectares. Situé à 6 km au nord-ouest de la Première Nation de Poplar Hill
  • Red Lake 51 : superficie de 51 926 hectares. Situé à 24 km à l'ouest de la Première Nation de Deer Lake
  • Sioux Lookout 60 : superficie de 1487 hectares. Situé à 8 km à l'ouest de la Première Nation de Cat Lake
  • Red Lake 77 : superficie de 23 404 hectares. Situé à 33 km à l'ouest de Red Lake

Depuis le début de la saison des feux de forêt en Ontario, il y a eu 918 incendies confirmés par la province, comparativement à 465 en 2020 pour la même période.

Depuis 10 ans, il y a eu en moyenne 526 feux de forêt en Ontario entre le 1er avril et le 26 juillet.

On continue de voir une fluctuation des feux d’envergure dans le Nord-Ouest. Certains ont été actifs au cours des derniers jours tandis que d’autres ont été un peu plus calmes.

Une citation de :Isabelle Chenard, agente d’information du ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Cinq communautés autochtones, dont les Premières Nations de Poplar Hill, Deer Lake, Pikangikum et Cat Lake, ainsi que la municipalité de Red Lake ont déjà déclaré l’état d’urgence en raison de la proximité des feux de forêt.

Une rue presque déserte et enfumée.

Un épais tapis de fumée pesait sur Red Lake lundi matin.

Photo : PHOTO : MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DU NORD, DES MINES, DES RICHESSES NATURELLES ET DES FORÊTS DE L'ONTARIO/Chris Marchand

Certaines communautés autochtones ont déjà amorcé des évacuations complètes tandis que, dans d’autres, seuls les membres vulnérables ont commencé à être évacués.

Si la situation empire, on pourrait avoir besoin d’évacuer jusqu’à 5000 individus additionnels, soutiennent les représentants du gouvernement, précisant que ce nombre a été obtenu en tenant compte de la population totale des communautés de North Spirit Lake, Poplar Hill, Cat Lake et Pikangikum.

Jusqu'à présent, plus de 3000 personnes ont déjà été évacuées vers des agglomérations comme Thunder Bay, Kapuskasing, Cochrane, Sudbury et Cornwall.

Si d’autres évacuations ont lieu, nous allons avoir besoin de soutien additionnel et de plus de villes hôtes, a indiqué l’un des intervenants, qui a ajouté que les services de gestion des urgences de la province ont entamé des discussions avec certaines villes du Sud de l’Ontario, comme celles de la grande région de Toronto et Hamilton, en raison de la concentration d’hôtels dans ce corridor-là.

Déclarer l’état d’urgence serait inapproprié pour l’instant

Au cours des dernières semaines, tant le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario que des leaders autochtones ont exigé que le gouvernement ontarien déclare l’état d’urgence en raison des feux de forêt dans le Nord-Ouest. 

Lundi, des représentants du gouvernement ont indiqué qu’il serait inapproprié pour l’instant de diffuser une déclaration d’état d’urgence, car les ressources nécessaires sont déjà déployées, estiment-t-ils. 

Nous sommes en train de répondre à toutes les demandes d’évacuation qui ont été faites, nous avons les ressources pour prendre soin des évacués, [...] donc, compte tenu de la législation, nous ne répondons pas aux critères indiqués dans la Loi sur la protection civile et la gestion des situations d’urgence.

Une citation de :Un représentant du gouvernement ontarien

Selon la loi, la province peut diffuser une déclaration d’état d’urgence si :

  • les ressources dont dispose normalement le gouvernement, y compris la législation existante, ne peuvent être utilisées sans risque de retard important;

  • les ressources ne sont pas nécessairement efficaces pour faire face à l’urgence;

  • il est impossible, sans risque de retard important, de déterminer si l’on peut compter sur les ressources.

Les représentants n’excluent toutefois pas cette possibilité si jamais on était à un point où on ne pourrait plus répondre aux demandes d’évacuation ou combattre les feux de forêt.

Cette déclaration est l’un des outils dans notre boîte si la situation le requiert, mais on n’en est pas là parce qu’on répond de manière très efficace à toute cette situation.

En point de presse à Ottawa lundi, le premier ministre ontarien, Doug Ford, a affirmé qu'il ne lésinera pas pour combattre les feux de forêt, mais que l'état d'urgence n'est pas nécessaire.

Il a également déclaré qu'il se rendra au centre de commandement des pompiers à Thunder Bay mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !