•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections ontariennes 2022 : la lutte se prépare dans le Grand Toronto et Ottawa

Natalia Kusendova salue le propriétaire de Palma Pasta devant son comptoir de sandwichs.

La députée et adjointe parlementaire à la ministre des Affaires francophones, Natalia Kusendova, salue le propriétaire de Palma Pasta.

Photo : Radio-Canada

C’est l’heure du lunch dans un parc industriel de Mississauga. Des travailleurs de la construction se mêlent aux employés de manufactures pour casser la croûte chez Palma Pasta, un comptoir ouvert en 1985 par des immigrants italiens.

Natalia Kusendova fait son entrée, tout sourire. En guise de poignée de main, la députée progressiste-conservatrice, élue pour la première fois aux dernières élections, salue d’une tape amicale le propriétaire Anthony Petrucci. Comment vont les affaires?

La politicienne de 32 ans profite de l’assouplissement des mesures sanitaires et du beau temps pour enfin ratisser sa circonscription. Ça fait tellement du bien de voir les gens. Zoom et la technologie, c’est merveilleux, mais les gens aiment nous voir face à face pour parler des défis qu'ils ont vécus durant la pandémie, explique l’infirmière de formation.

Les élections ontariennes sont dans moins d’un an et le parti de Doug Ford multiplie les tournées et les bonnes annonces, à l’instar de celui de Justin Trudeau qui prépare de son côté le terrain pour de possibles élections fédérales.

Doug Ford donne son numéro de cellulaire à un sinistré de Barrie au lendemain d'une tornade.

Même le passage à Barrie du premier ministre ontarien, le 16 juillet dernier au lendemain d'une tornade, avait des airs de campagne électorale. Doug Ford en a profité pour distribuer son numéro de cellulaire à des sinistrés.

Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

Nouveaux lits de soins de longue durée à Toronto, élargissement du transport en commun à Hamilton, 17 millions pour l'hôpital d'Ottawa, aide financière pour les sinistrés de Barrie; depuis le début de l’été, toutes les apparitions publiques du premier ministre ontarien ont des allures de précampagne électorale.

La dégringolade du chef progressiste-conservateur dans l’opinion publique et ses méa culpa pour sa gestion de la pandémie ne semblent pas inquiéter la candidate Kusendova, bien qu'elle se garde de faire des projections. La vaccination continue d’aller bien, souligne-t-elle, et les électeurs sont de bonne humeur.

Un an en politique, c'est comme toute une vie. Je pense que c’est trop tôt pour vraiment savoir [comment les gens vont voter].

Une citation de :Natalia Kusendova, députée progressiste-conservatrice de Mississauga-Centre

C'est tout à fait normal pour n'importe quel gouvernement d'avoir des fluctuations de popularité. Maintenant on veut se concentrer sur la relance économique. Les gens veulent revenir au travail. Ça, et la santé, c’est la priorité de notre gouvernement.

Natalia Kusendova dans le stationnement d'une pizzeria fait la tournée de sa circonscription de Mississauga-Centre

Natalia Kusendova fait la tournée de sa circonscription de Mississauga-Centre.

Photo : Radio-Canada / Natasha MacDonald-Dupuis

Aux dernières élections, la députée néophyte avait profité de la débandade des libéraux pour facilement l’emporter avec près de 41 % des voix. Sa circonscription et celles aux alentours sont dans la ligne de mire des trois principaux partis pour le scrutin de 2022.

Plus à l’ouest, à Oakville, la candidate libérale tente d’ailleurs de faire virer la circonscription du bleu au rouge. Dans les derniers mois, Alison Gohel a pu garder contact avec ses concitoyens grâce aux réseaux sociaux et aux applications de visioconférence.

Avec la COVID, ce n’était pas évident de faire campagne. C'était une période difficile, maintenant, ça se passe un petit peu mieux, raconte la francophile et mère de deux enfants.

La candidate libérale Alison Gohel en rencontre virtuelle avec son chef Steven Del Duca. Elle prend par à un appel Zoom avec lui de sa table de cuisine.

La candidate libérale Alison Gohel en rencontre virtuelle avec son chef Steven Del Duca.

Photo : Twitter

Ses priorités : l’éducation et l’environnement, deux dossiers négligés par le gouvernement Ford, selon Mme Gohel. Est-ce que les enfants vont être en sécurité à l'école? Est-ce que les systèmes de ventilation vont être améliorés? C'est ce qui m'inquiète.

Le Parti libéral de l’Ontario a profité d’un bref rebond dans les sondages en avril en raison de la grogne populaire contre Doug Ford, mais le flirt ne s’est pour l'instant pas concrétisé en percée véritable pour le chef Steven Del Duca, qui demeure méconnu du grand public.

Je pense que lorsque les gens écouteront Steven Del Duca et ce qu'il a à proposer, ils vont voir que c'est un vrai leader.

Une citation de :Alison Gohel candidate libérale dans Oakville

Du côté du NPD, les troupes s’activent aussi sur le terrain même si leur cheffe Andrea Horwath continue de diviser après plus de 10 ans à diriger le parti. Elle tente à nouveau de se positionner comme la meilleure alternative à Doug Ford.

Un gouvernement [néo-démocrate] sera là pour les gens ordinaires, résume la candidate néo-démocrate Chandra Pasma, signe que le parti mise lui aussi sur une fibre populiste pour convaincre les électeurs de la classe moyenne et ouvrière.

Un défi de taille attend cependant Mme Pasma dans la circonscription traditionnellement plutôt rouge d'Ottawa-Ouest Nepean, ravie en 2018 par le progressiste-conservateur Jeremy Roberts. Les libéraux ont d'ailleurs aussi dans leur ligne de mire la circonscription voisine d'Ottawa Centre, détenue par le néo-démocrate Joel Harden.

La tenue d’un possible scrutin fédéral dans quelques semaines a aussi le potentiel de changer la donne, mais Chandra Pasma ne pense pas que cela découragera les Ontariens de se rendre à nouveau aux urnes pour l’élection provinciale du 2 juin 2022.

La pandémie a vraiment révélé comment le politique touche nos vies de tous les jours et le pouvoir que les gouvernements ont sur nos vies. Je trouve que les gens sont plus engagés que jamais et le seront au printemps prochain, même s'il y a une élection fédérale dans les mois à venir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !