•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 75 % des entreprises montréalaises seraient en faveur du passeport vaccinal

Une femme assise dans un aéroport vérifie son passeport de vaccination de la COVID-19 sur son téléphone, tout en tenant un masque et une carte d'embarquement.

Pour retrouver une certaine normalité, certains pays ont recours au passeport vaccinal.

Photo : getty images/istockphoto / Ridofranz

Radio-Canada

Il faut à « tout prix » éviter une fermeture des commerces en cas de quatrième vague cet automne, affirme la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, qui vient de sonder ses membres sur les défis à relever en vue de la rentrée.

En entrevue à Tout un matin, son président, Michel Leblanc, a indiqué lundi que 70 % des répondants étaient confiants – voire très confiants – quant aux perspectives économiques au Canada pour la prochaine année.

Cela étant dit, le manque de main-d’œuvre demeure un enjeu majeur : 61 % des entreprises sondées affirment même qu'il est plus complexe de trouver du personnel qu'avant la pandémie. Ils disent que c’est difficile, qu’ils sont inquiets, résume Michel Leblanc.

Pour régler le problème, les répondants suggèrent principalement d'augmenter les seuils d'immigration permanente (51,4 %) et de faciliter l'embauche des travailleurs étrangers temporaires (48,2 %).

On ne peut pas inventer de la main-d’œuvre. Donc, invitons des immigrants à venir.

Une citation de :Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

La limitation de l'accès aux programmes d'aides individuelles, comme la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) – qui doit normalement prendre fin le 25 septembre –, arrive en troisième position des solutions envisagées (37,6 %).

De tels programmes ont contribué à accentuer la pénurie de main-d’œuvre, soutient Michel Leblanc. Cette PCRE a fait en sorte que plein d’étudiants ont décidé d’empocher 1000 $ par deux semaines plutôt que de travailler, dit-il. La maintenir jusqu’à septembre crée artificiellement une pénurie accrue.

Par ailleurs, le sondage – mené du 7 au 15 juillet 2021 auprès de 632 répondants – laisse entendre que 77,5 % des entreprises espèrent l’utilisation du passeport vaccinal, comme envisagé par le gouvernement Legault.

Pour le milieu des affaires, le passeport vaccinal est un outil dont on doit se servir si jamais il y a une quatrième vague, explique Michel Leblanc. On ne peut pas refermer l’économie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !