•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Île-du-Prince-Édouard veut accélérer la vente de véhicules électriques dans la province

Une borne de recharge branchée à une voiture électrique.

Le gouvernement insulaire souhaite que tous les résidents de la province conduisent des véhicules électriques d’ici 2030.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a récemment augmenté de 1 million de dollars l’investissement dans son programme de rabais sur l’achat de véhicules électriques. Néanmoins, d’autres initiatives sont encore nécessaires pour encourager la vente de véhicules électriques dans la province, selon des experts.

Daniel Breton, président et directeur général de Mobilité électrique Canada, explique que les programmes de rabais ne représentent qu’un des éléments qui assureront l’engouement à long terme pour ce type de voiture.

Ça prend bien évidemment des rabais, mais ça prend plus que ça. Ça prend aussi de l’installation d'infrastructure de recharge publique. Ça prend un réseau public de [recharge], que ce soit au centre-ville ou sur les routes de campagne.

Une citation de :Daniel Breton, président et directeur général de Mobilité électrique Canada

Le programme Net-Zero de l’Île-du-Prince-Édouard offre des rabais de 5000 $ à l’achat de véhicules électriques et de 2500 $ à l'achat de voitures hybrides rechargeables.

Mis en place au printemps dernier, le programme a déjà appuyé la mise en circulation de 100 nouvelles voitures électriques dans l’île, selon le gouvernement.

Avec cet investissement supplémentaire, la province veut soutenir l'achat de 100 autres véhicules électriques.

Daniel Breton, auteur principal de L'auto électrique, hybride ou écoénergétique.

Daniel Breton, président et directeur général de Mobilité électrique Canada

Photo : Radio-Canada

Des règles visant l’équité entre provinces

Des règlements qui établissent des cibles de production et de distribution équitables entre les provinces doivent aussi être mis en place, selon Daniel Breton.

Il rappelle que la distribution de ce type de voiture sur les marchés provinciaux se fait de façon inégale en raison notamment des réglementations en vigueur dans certaines provinces, comme le Québec et la Colombie-Britannique.

Les fabricants de ce type de voiture auraient ainsi tendance à mieux desservir certaines régions que d’autres.

Il va falloir aussi s’assurer qu’il y ait une certaine équité régionale, que dans les Maritimes, il y en ait [des véhicules électriques], et qu’on ne se retrouve pas une fois de plus avec la vaste majorité des voitures électriques envoyées en Ontario, au Québec ou en Colombie-Britannique, explique Daniel Breton.

Le Québec et la Colombie-Britannique ont les plans les plus ambitieux du Canada en matière de véhicules électriques.

Le gouvernement du Québec offre aux acheteurs un programme incitatif de 8000 $ sur les véhicules électriques, dans le but d’atteindre son objectif. Il espère que 100 % des nouveaux véhicules achetés dans la province seront électriques d’ici 2035.

En Colombie-Britannique, à l’heure actuelle, environ 10 % des véhicules neufs vendus sont des voitures électriques.

Selon le ministre de l'Environnement, de l’Énergie et de l'Action climatique de l'Île-du-Prince-Édouard, Steven Myers, le gouvernement insulaire souhaite, de son côté, que tous les résidents de la province conduisent des véhicules électriques d’ici 2030.

Rendre les véhicules électriques plus accessibles et abordables pour les Insulaires est important et nous aidera à atteindre nos objectifs climatiques, précise-t-il dans un communiqué envoyé aux médias.

Le ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de l'Action climatique de l'Île-du-Prince-Édouard, Steven Myers.

Le ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de l'Action climatique de l'Île-du-Prince-Édouard, Steven Myers

Photo : CBC / Ken Linton

Des prix concurrentiels

Selon Daniel Breton, le prix des véhicules électriques devrait égaler celui des voitures à essence d’ici 2025, ce qui supprimerait le besoin de subventionner les achats.

Il explique qu’il s’agit d’une tendance déjà observée en matière de voitures hybrides.

On va arriver au même cycle avec les véhicules à 100 % électriques, parce que le coût des batteries a baissé de 85 % entre 2010 et 2020 et qu’on prévoit une autre baisse de 50 %, précise-t-il.

À la fin de juin, le gouvernement du Canada a devancé son objectif en matière de véhicules électriques. Selon l'annonce d'Ottawa, les voitures et les camions légers à essence neufs seront bannis des concessionnaires canadiens à partir de 2035, alors que sa cible initiale était fixée à 2040.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard tente à son tour d’atteindre ses objectifs d’avoir une consommation énergétique nette de combustibles fossiles nulle d’ici 2030 et de rendre la province carboneutre d'ici 2040.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !