•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau parcours extérieur ninja au parc national de la Yamaska

Un parcours de de type Ninja Warrior.

Le parcours Ninja Warrior du parc de la Yamaska à Granby.

Photo : Gracieuseté de Patrick Saint-Laurent

Radio-Canada

Les ninjas de l'Estrie ont un nouvel endroit pour effectuer leurs acrobaties. Une série d’obstacles de type Ninja Warrior a été aménagée au parc national de la Yamaska à Granby.

L'entreprise offrait déjà des activités de type Ninja Warrior et parkour à Granby. Celui du parc de la Yamaska consiste en une version simplifiée, et peut être fait seul, en famille ou même en compétition.

Nous avons un parcours symétrique où il est possible de faire une compétition entre deux personnes. Le côté adrénaline embarque lorsque l’autre personne se trouve un ou deux pieds devant nous et qu’on veut essayer de le rattraper. On peut refaire le parcours plusieurs fois, explique le copropriétaire de Motion Parc évolutif, Patrick Saint-Laurent..

Un parcours ninja vient donner des défis au niveau de l'équilibre et de la préhension. Nous avons adapté le parcours pour recevoir des enfants plus jeunes, mais aussi pour offrir un défi aux adultes. Nous voulons offrir une activité familiale. Nous offrons différents niveaux.

Une citation de :Patrick Saint-Laurent, copropriétaire de Motion Parc évolutif

Ce type de structure, où l’équilibre et la force sont mis au défi, est devenu populaire au cours des dernières années, notamment en raison de la promotion faite dans émissions de téléréalité.

Il y a des filets à traverser, des transitions avec des anneaux, des obstacles qui basculent où l’on doit sauter. Il y a des murs inclinés de 10 et 12 pieds. Le 12 pieds offre un bon défi pour les adolescents et les adultes. Nous sommes vraiment sur le plan du challenge et du sport. C’est vraiment une discipline en soi, signale Patrick Saint-Laurent.

Le parcours intérieur avait été aménagé à Granby avant la pandémie, alors que le parcours extérieur est disponible depuis le début de l’été.

C’est populaire autant au niveau des familles que de l'entraînement. Nous pourrions nous installer ailleurs si c’est possible, dans d’autres SÉPAQ. C’est un sport qui va continuer d’évoluer, croit Patrick Saint-Laurent.

Signe d'ailleurs de cet engouement : le parkour pourrait faire son apparition aux Jeux olympiques, des discussions étant en cours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !