•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camps de sans-abri dans les parcs : une citoyenne porte plainte contre la police

Plusieurs policiers saisissent une palette de bois

Plusieurs personnes ont été arrêtées lors des affrontements entre forces de l'ordre et activistes au parc Lamport Stadium, mercredi. (Archives)

Photo : Radio-Canada / CBC News

Radio-Canada

Alicia Soerensen, une résidente de Toronto, a déposé une plainte auprès du Bureau du directeur de l'examen indépendant de la police (BDIEP). Elle affirme avoir été victime d’une arrestation illégale lors de la tentative des policiers de démanteler un campement de sans-abri du parc Lamport Stadium mercredi.

Dans sa plainte, Mme Soerensen affirme avoir été arrêtée illégalement, que ses droits à un avocat n'ont pas été respectés par la police et que les agents qui l'ont arrêtée ne lui ont pas non plus expliqué clairement ses droits.

Mme Soerensen affirme qu'elle se trouvait sur une voie publique et qu'elle a assisté à une confrontation qui a eu lieu lorsqu'une femme a tenté de passer une bouteille d'eau à une personne se trouvant de l’autre côté de la clôture.

Elle affirme qu'un policier a alors frappé la femme au visage et que lorsqu'un homme a tenté d'intervenir, des agents de sécurité l'ont encerclé.

Ensuite, selon Mme Soerensen, une autre personne aurait crié des insultes à un policier et que celui-ci aurait répondu en l’attaquant physiquement.

J'étais en état de choc et incrédule à l'idée qu'un policier puisse attaquer physiquement quelqu'un [...] de cette manière, peut-on lire dans la plainte déposée par Mme Soerensen auprès du BDIEP.

Cet homme s'éloignait des officiers et ne représentait pas une menace physique. Il battait clairement en retraite, y a-t-elle écrit.

Mme Soerensen affirme avoir ensuite été illégalement arrêtée et accusée d’intrusion après avoir crié au policier à son tour. Elle affirme avoir crié what the f* is wrong with you? (qu’est-ce que ni ne va pas chez toi?, traduction libre).

Un porte-parole de la police de Toronto a refusé de commenter, déclarant que ce serait inapproprié étant donné la plainte déposée au du BDIEP. Cependant, le porte-parole a référé CBC Toronto à un communiqué de presse publié le lendemain du dépôt de la plainte par Mme Soerensen.

Une personne recherchée

Dans ce communiqué, la police indique qu'elle est à la recherche d'une personne qui aurait agressé un policier lors d'une confrontation à l'extérieur du poste de police de la Division 14 mercredi soir.

La police allègue que cette personne a jeté quelque chose sur un officier qui a dû être soigné pour ses blessures.

Les violentes confrontations qui entourent le démantèlement des campements de sans-abri des parcs de Toronto divisent ses élus.

Plus tôt cette semaine, cinq conseillers municipaux ont publié une lettre conjointe demandant la fin de la violence lors des expulsions forcées. On y ajoute d’ailleurs que l'approche du maire John Tory n’est pas une solution efficace.

Dans la lettre, les conseillers municipaux Kristyn Wong-Tam, Shelley Carroll, Mike Layton, Josh Matlow et Gord Perks affirment s’attendre à ce que le campement de Moss Park soit démantelé par la police dans les prochaines semaines.

En prévision de ce démantèlement imminent, nous exigeons la fin de la violence et des démonstrations de force extrême. Il n'est absolument pas nécessaire d'utiliser des matraques, du gaz poivré ou même des armes à feu, alors que le travail devrait être effectué par le personnel de Streets to Home et d'autres travailleurs de proximité de la ville, peut-on lire dans la lettre.

Le bureau du maire John Tory a envoyé à CBC Toronto une longue réponse écrite vendredi après-midi, réfutant les commentaires des conseillers et louant le travail effectué par le personnel de la Ville.

Après des milliers et des milliers de visites offrant un logement, avant et après l'émission d'avis d'intrusion, il arrive un moment où un campement ne peut plus continuer à occuper un parc public, à menacer la sécurité et la santé des sans-abri [qui y habitent] et à avoir un impact sur les familles et les communautés qui dépendent de ces parcs, a déclaré le maire Tory dans la déclaration.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !