•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

T.N.-O. : épuisés par les inondations, des résidents de Vale Island demandent de l'aide

Un terrain et le perron d'une maison inondés par quelques centimètres d'eau.

Jane Groenewegen n'a pas encore accueilli de clients dans son auberge cet été, en raison des inondations.

Photo : Jane Groenewegen

Radio-Canada

Des résidents de Vale Island, à Hay River, demandent aux autorités municipales d’améliorer le système de drainage pour réduire les dégâts des inondations qui sont importants cette année dans cette région des Territoires du Nord-Ouest.

Jane Groenewegen opère la petite auberge Harbour House, dans le nord de Vale Island, depuis 35 ans. C’est la première fois qu’elle doit mettre des bottes de caoutchouc pour se rendre à la porte.

Il y a probablement quelques pieds d’eau sous le bâtiment depuis le printemps, quand la neige a fondu et qu’elle n’avait nulle part où aller, croit-elle. Ça inonde notre cour avant.

Elle dit qu’elle n’a pas pu accueillir de clients dans son auberge depuis le printemps pour cette raison.

Le fils de Jane, Jordan Groenewegen, s’est construit une maison près de Harbour House en 2008. Tous deux disent qu’ils n’ont jamais vu les routes, les terrains et la plage de Vale Island aussi inondés qu’en ce moment.

Un stationnement inondé.

Selon Jane Groenewegen, la profondeur de l'eau atteint 30 cm dans le stationnement près de la plage publique du Grand lac des Esclaves.

Photo : Jane Groenewegen

Une bonne partie de ma propriété est sous l’eau, dit Jordan Groenewegen, ajoutant qu’une dizaine d’autres propriétaires du coin sont également touchés.

Selon lui, il n’y a simplement jamais eu de bon système de drainage à Vale Island, et c’est devenu un problème grandissant.

Le député territorial de Hay River Sud, Rocky Simpson, dit qu’un barrage de castors bloque le drainage des eaux vers le Grand lac des Esclaves. Il croit que la première étape pour améliorer la situation serait de l’enlever.

Il remarque cependant que c’est la deuxième année de suite où le niveau des eaux est particulièrement élevé dans sa circonscription.

Peut-être que c’est une question de changements climatiques et peut-être que le gouvernement territorial doit s’y pencher et réaliser que ça sera comme ça dans le futur, ajoute-t-il.

Jane Groenewegen, pour sa part, aimerait certainement que les autorités municipales et territoriales prennent les choses en main.

Si c’est ça la nouvelle normalité et la nouvelle réalité de la vie ici, la municipalité doit mettre cela en priorité et concevoir un plan pour gérer ça, croit-elle.

Son fils ajoute qu’un meilleur système de drainage serait essentiel.

Avec les informations de Liny Lamberink

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !