•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies : des propriétaires demandent une mise à jour des règles sanitaires

Enfants qui jouent avec des cubes dans une garderie.

Les règles sanitaires pour les garderies n'ont pas été révisées depuis un moment, affirment certains propriétaires. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Les règlements COVID-19 pour les garderies de l'Ontario n'ont pas beaucoup changé depuis leur réouverture l'été dernier. Or, selon des parents, des employés et des propriétaires, certains des protocoles sanitaires devraient peut-être être révisés.

Certains souhaitent que les parents puissent entrer dans les garderies. D’autres suggèrent que le chant devrait être autorisé.

Alors que toute la province continue de passer par des étapes [de réouverture], il n'y a pas eu d'étapes pour les services de garde, a déclaré Kim Yeaman, propriétaire d’une garderie.

Dans l'étape 3 [de réouverture de la province] le Toronto FC va accueillir des [milliers] de personnes dans son stade. Entre temps, les parents ne peuvent pas accompagner leurs enfants dans la garderie.

Le fils de Katie Liddell, âgé de deux ans, a commencé à fréquenter la garderie à Caledon pendant la pandémie. Or, dit-elle, elle n'a jamais mis les pieds dans la garderie de sa fille.

C'est donc toute une partie de sa vie que je ne connais pas, dit-elle. Je reçois des rapports complets, je sais ce qu'il fait toute la journée, ajoute-t-elle, mais elle préfèrerait le voir de ses propres yeux.

Mme Liddell s’est dite impressionnée par la rigueur avec laquelle les employés de la garderie respectent les protocoles sanitaires. Elle ajoute qu'elle se sentirait à l'aise si les parents étaient désormais autorisés à entrer.

Certains fournisseurs de services de garde d'enfants affirment que cette exigence est non seulement difficile pour les parents, mais qu'elle est aussi très éprouvante sur le plan opérationnel.

Karen Eilerson, de Discovery Child Care à Barrie, a déclaré qu'elle avait dû engager des employés afin de travailler à la porte.

J'ai besoin d'au moins deux ou trois employés supplémentaires pour accueillir les enfants et les familles, dit-elle. Dans un secteur où il y a une grande pénurie de personnel qualifié, le fait que ce personnel doive être utilisé pour autre chose [que s’occuper des enfants] est vraiment difficile.

Nous avons essentiellement moins d'enfants et le double de personnel, a déclaré Mme Eilerson.

Sophia He, une mère de Toronto, a déclaré qu'elle ne se sentirait pas encore à l'aise si les parents étaient autorisés à revenir dans les bâtiments. Mais elle pense que les règles concernant les jeux de groupe et le chant pourraient être revues puisque les enfants sont de toute façon dans la même classe toute la journée.

Étant donné qu'ils ne portent pas de masque et qu'ils continuent à courir partout, je ne pense pas que le fait de ne pas faire ces activités réduira le risque que les enfants attrapent le virus, a-t-elle déclaré.

Carolyn Ferns, de la Coalition ontarienne pour l'amélioration des services de garde d'enfants, ajoute que certains doutes subsistent au sujet des règles de nettoyage. Il y a un an, la compréhension de la transmission de la COVID-19 était différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Malgré tout, dit-elle, le personnel passe encore beaucoup de temps à nettoyer des surfaces.

Tous les nettoyages et désinfections supplémentaires, le fait de séparer les jouets de chaque enfant et de désinfecter constamment les surfaces, tout cela se poursuit même si nous avons compris que ce ne sont pas les éléments qui favorisent la transmission, a-t-elle déclaré.

Il faut se recentrer sur la filtration de l'air et la ventilation, et ne pas obliger [les éducateurs de jeunes enfants] à faire tout ce nettoyage supplémentaire.

Une déclaration d'une porte-parole du ministre de l'Éducation Stephen Lecce n'a pas signalé qu'une mise à jour des politiques était imminente, suggérant que les règles actuelles fonctionnent.

La formation en matière de santé et de sécurité, le respect des protocoles, la pratique de l'hygiène des mains, le dépistage systématique, l'utilisation de masques et la distanciation physique ont été des facteurs clés contribuant aux environnements sûrs favorisés au sein des garderies, a écrit Caitlin Clark.

Au cours des deux dernières semaines, 50 cas ont été recensés dans la province chez des employés et des enfants dans des garderies agréées.

Les enfants qui ne sont pas d'âge scolaire n’ont habituellement pas à porter de masque et ne peuvent pas encore être vaccinés.

Avec les informations de La Presse canadienne

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !