•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens de la MRC des Basques s'intéressent à la crise du logement

Des maisons sont bordées par le fleuve, près de Trois-Pistoles.

À Trois-Pistoles comme dans toutes les municipalités de la MRC, les logis se font de plus en plus rares (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Alice Proulx

La crise du logement qui frappe le Québec, à en croire plusieurs intervenants, touche aussi les petites communautés comme celles qui se situent dans la MRC des Basques. Une assemblée citoyenne sur la question a eu lieu jeudi dernier, à Trois-Pistoles.

Plus d'une trentaine de propriétaires et de locataires étaient présents à l'assemblée. L'organisatrice de la rencontre citoyenne, Alyssa Symons-Bélanger, explique que plusieurs personnes ont de la difficulté à se trouver un logement dans la MRC des Basques.

On veut qu’il y ait des jeunes qui s’installent, mais s’il n’y a pas d’endroit, c’est un problème. Si la venue de plus en plus de gens fait en sorte qu’il y a des propriétaires qui voient l’opportunité d'augmenter leur loyer, ça crée un problème pour toutes les personnes qui sont déjà dans Les Basques, précise-t-elle.

Alyssa Symons-Bélanger.

Alyssa Symons-Bélanger

Photo : Gracieuseté : Alyssa Symons-Bélanger

L'un des constats de la rencontre est que les locataires ne sont pas assez informés de leurs droits, selon Mme Symons-Bélanger.

Les gens ne sont pas au courant qu’ils ont le droit de refuser une augmentation de loyer. Je pense que la base de ce travail-là, en lien avec la crise du logement, c’est vraiment d’informer les locataires sur leurs droits, indique-t-elle.

Elle soutient qu'il faut sensibiliser les propriétaires de logements à l'impact de leurs choix sur l'appartenance des gens à la communauté.

Je pense qu’il y a beaucoup de propriétaires qui font des choix sans réfléchir à l’impact que ça va avoir sur les personnes à faible revenu, affirme Mme Symons-Bélanger.

La rôle de la Municipalité dans cette crise

Alyssa Symons-Bélanger ajoute que les élus de la région ont « le pouvoir local de changer les choses » en imposant des limites par rapport aux augmentations de loyer et en s'assurant qu’il y ait un encadrement légal afin d'assurer l'accessibilité aux logements abordables.

Le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, croit que la Ville participe largement à la création de logements dans le domaine communautaire et social.

Le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux souligne l'importance de faire une place à l'immigration lors d'une entrevue accordée au bord du fleuve.

Le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux (archives)

Photo : Radio-Canada

Des immeubles à revenus, c’est du privé. Je me vois mal imposer, à ceux qui risquent leur argent pour construire des immeubles à revenus, un coût du logement modique pour que les gens puissent y habiter. Le communautaire, c’est une affaire, le privé en est une autre, affirme-t-il.

M. Rioux soutient que la demande de logements est plus au rendez-vous que jamais.

Aussitôt que tu mets une annonce dans le journal, les gens veulent se l’arracher. C’est du jamais-vu.

Une citation de :Jean-Pierre Rioux, maire de Trois-Pistoles

Le préfet de la MRC des Basques estime que le taux d'inoccupation des logements de la Ville de Trois-Pistoles de situe en bas de 1 %.

Il fut un moment où le taux était à 10 %, mais ce n'est plus la même chose maintenant. On ne voit plus de pancartes "À vendre", affirme Bertin Denis.

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis.

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis (archives)

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Selon lui, la crise du logement qui frappe la MRC des Basques est sensiblement la même que dans les autres régions du Québec.

Dans la MRC des Basques, ce qu’on retrouve de différent, c’est qu’il y a des gens plus âgés. Puisque leurs revenus n’augmentent pas au même rythme que le coût des loyers, ça crée certaines difficultés. Il y a aussi une concentration plus élevée de gens à faibles revenus, indique M. Denis.

Si on n'est pas capable de construire des logements pour ces gens-là, ils vont passer tout droit. Je pense qu'on est en train de manquer une belle occasion de repeupler notre MRC qui se vide depuis les 20 dernières années.

Une citation de :Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques

L'organisatrice de l'assemblée citoyenne mentionne que l’Alliance pour la solidarité des Basques, un regroupement de plusieurs organismes communautaires dans la MRC, prépare une étude dans le but de faire ressortir les données statistiques de la crise du logement qui sévit sur le territoire. Une seconde assemblée aura également lieu cet automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !