•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 250 brasiers sont toujours actifs en Colombie-Britannique

Une colonne de fumée s'élève du feu de forêt Nk'Mip Creek près d'Oliver dans la vallée de l'Okanagan.

Une colonne de fumée s'élève du feu de forêt Nk'Mip Creek près d'Oliver dans la vallée de l'Okanagan.

Photo : Fournie par James Moore

Philippe Moulier

La Colombie-Britannique est la proie de 259 feux de forêt dimanche, selon BC Wildfire, qui souligne une hausse de 13 feux depuis deux jours.

Leur nombre est cependant en baisse par rapport à la semaine dernière, constate le service de gestion des feux, lorsque plus de 300 incendies de forêt faisaient rage dans de nombreuses régions de la province.

D’après BC Wildfire, environ 70 % des feux ont été provoqués par la foudre et 5 % par des humains. L’origine des autres est inconnue.

Environ le tiers des feux sont maîtrisés.

Un panache de fumée du feu Inkaneep Creek près d'Osoyoos dans l'Okanagan, le 23 juillet 2021.

Un panache de fumée du feu d'Inkaneep Creek près d'Osoyoos dans l'Okanagan.

Photo : BC Wildfire

La province a déployé plus de 3300 pompiers sur le terrain. Samedi, le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, a accueilli 101 pompiers venus du Mexique en renfort.

Entre-temps, des milliers de personnes font l’objet d’ordres d’évacuation ou d’alertes, car des incendies s’approchent de certaines communautés. Les évacués sont accueillis dans différents centres d'évacuations.

Les conditions météorologiques restent difficiles pour les pompiers en raison de températures élevées et d’une sécheresse dans le sud de la province.

Des colonnes de fumées s'élancent du feu de forêt Bill Nye Mountain dans le sud-est de la Colombie-Britannique.

Le feu de Bill Nye Mountain dans le sud-est de la Colombie-Britannique.

Photo : BC Wildfire

Selon Kira Hoffman, une postdoctorante spécialisée en foresterie à l'Université de la Colombie-Britannique, les températures inhabituellement élevées de ces dernières semaines accompagnées d'un important manque de pluie ont sensiblement augmenté les risques de feux de forêt.

Les changements climatiques vont aussi créer des saisons des feux plus longues en raison du manque de pluie qui assèche les arbres et les broussailles, dit-elle. Ceci provoque des incendies qui engloutissent des hectares de forêt, même si leur nombre est moins important qu'auparavant.

Une porte-parole de BC Wildfire, Karley Desrosiers, explique que le nombre d'hectares détruit par le feu est « certainement plus important » cette année que les années précédentes. Les incendies ont brûlé 4090 hectares depuis le 1er avril, soit environ quatre fois la moyenne des 5 à 10 dernières années.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !